Business

14 décembre 2011

Business : Y a-t-il des opportunités dans la filière oignons ?

More articles by »
Written by: HR
Étiquettes : ,

C’est au cours du XVème siècle que des commerçants arabes ont introduit l’oignon à Madagascar. Les missionnaires français ont introduits d’autres variétés par la suite. En 1902, la province de Tuléar produisait des oignons qui étaient exportés vers l’Afrique. Les variétés cultivées sont le violet de Galmi, le Red Créole, le Rouge de Tana et le Noflaye. Il est possible de produire des oignons 8 mois sur 12 à Madagascar en jouant sur le calendrier cultural des différents bassins producteur et sur les techniques de production pouvant multiplier la production. La FAO a choisi l’oignon comme produit phare de développement des exportations à cause de son cycle de culture court de 5 mois. En 2003, Madagascar était classé 64ème exportateur mondial avec seulement 1280 tonnes exportées.

La production annuelle est estimée à 6000 tonnes avec un rendement de 10 t/Ha. Les produits sont essentiellement écoulés dans la capitale. La moitié de la production est exportée. La région de l’Océan Indien est le premier débouché du pays : 60% des oignons exportés sont envoyés à La Réunion. La production d’oignons a stagné pendant des années. La difficulté de la collecte et le non respect des normes ont empêchés les opérateurs d’investir dans cette filière. Or l’Inde, premier producteur mondial avec plus de 5 000 000 de tonnes/an, n’arrive pas à satisfaire la demande mondiale. Il y a une opportunité pour les producteurs malgaches.

Cependant, les marchés européens et les Etats-Unis sont encore inaccessibles pour les oignons malgaches en l’absence de normes de qualité et d’organismes de certification. Madagascar n’arrive même pas à satisfaire la demande des îles de la Réunion et Maurice qui est de 9000 tonnes/an avec un  calibrage de 45 mm de diamètre minimum. Un projet pilote a été initié pour répondre aux besoins des îles de l’océan indien. L’île Maurice est une plateforme de commerce et d’échanges vers les Indes, la Chine, Singapour et l’Océanie et demeure un partenaire de premier choix pour développer la filière exportation pour Madagascar.






 
 

 

Insécurité dans l’Ihorombe : facteur de blocage pour les producteurs.

L’insécurité reste le principal élément de blocage de la production agricole dans l’Ihorombe. Cette localité a tout le potentiel nécessaire pour assurer la promotion d’une croissance économique en matière d’agri...
by Madahoax
0

 
 

Business : Les girofles de Madagascar

La production nationale de clous de girofle est estimée à 20 000 tonnes par an, ce qui fait de Madagascar le deuxième producteur de girofle au monde, loin derrière l’Indonésie qui en produit au moins 80 000 tonnes. La pr...
by Julia
1

 



0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *