Actualité

6 avril 2012

Un général retraité et sa famille sauvagement assassinés dans leur foyer

More articles by »
Written by: Madahoax
Étiquettes : ,
Général Ramananarivo Claude

Trois corps en décomposition ! La surprise totale pour ceux qui ont découvert les restes du général  Ramananarivo Claude, de sa femme et de sa fille unique tout juste âgée de 16ans, dans leur domicile à Andohan’i Mandroseza.

L’alerte a été donnée par la famille du général lorsque ce dernier n’avait pas assisté à la réunion familiale du mois dernier, chose plutôt inhabituelle de sa part, raconte ses proches. Les membres de la famille ont essayé de le contacter, mais personne ne répondait au bout du fil. Au bout de maintes et maintes tentatives, ces derniers ont fini par tomber sur la messagerie vocale. Plus de nouvelles du général et de sa famille depuis 2 semaines. Coïncidence ! Le locataire étranger d’une propriété à Ankadilalana appartenant à l’ancien commandant de la gendarmerie a remarqué que ce dernier n’était pas venu prendre le loyer du mois précédent, comme il le faisait mensuellement. Inquiet, le ressortissant étranger a contacté la belle-sœur de l’officier général. Le doute est confirmé, la famille a prévenu la circonscription de la gendarmerie pour rejoindre la villa à Andohan’i Mandroseza.

Quelques unités de la gendarmerie accompagnées des représentants du fokontany ont forcé le portail. De loin, ils sentaient déjà une odeur nauséabonde. Au rez-de- chaussée, du sang se dispersait par terre. A l’étage, ils ont retrouvé en premier, le cadavre de la fille adoptive du général. Elle gisait sur le lit de sa chambre avec la tête calcinée, le corps barbouillé de sang. La télé était encore allumée. Quant aux parents, ils ont été trouvés dans un sérieux état dans la cave et à côté, un seau à moitié plein de sang. A l’arrivée des médecins légistes, ils ont conclu que les malheureux ont été d’abord torturés, électrocutés puis sauvagement assassinés. L’intérieur de la maison a été mis sens dessus-dessous, les membres de la famille présents se sont aperçus que des objets ont été volés comme un ordinateur portable, un poste téléviseur mais aussi le véhicule tout terrain Rav4 de l’ancien commandant de la gendarmerie.

L’enquête est en cours, pour l’instant dans la liste des suspects, il y a la femme de ménage qui s’est volatilisée dans la nature. Une simple attaque à main armée ? Un crime organisé ? Un règlement de compte ? Toutes les options sont envisageables si l’on se réfère à la personnalité du défunt. Ancien commandant de la gendarmerie nationale du temps de Marc Ravalomanana (2006-2008),  commandant de la circonscription régionale de la Gendarmerie nationale d’Analamanga et inspecteur général de la Gendarmerie avant son départ à la retraite en 2010.

 






 
 

 
drapeau malagasy

Edito : Gouverner un pays une tache pas si facile

Les générations et les années se succèdent, les présidents et les gouvernements aussi. Certains arrivent au pouvoir par la voie des urnes de manière plus ou moins transparente, et d’autres s’octroient le pouvo...
by Madahoax
0

 
 
29MARS

Edito : Le 29 Mars 1947 dites-vous ?

Ces derniers temps, quand on tape le mot Madagascar sur un moteur de recherche, on ne manque pas de tomber sur les articles de presse concernant un couple de français tués à Madagascar, avec les circonstances relatées et le...
by R Jocelyn
1

 

 
Onitiana Realy

Edito : Andry Rajoelina en campagne ?

Andry Rajoelina était le dernier invité du zoma, l’émission de Onitiana Realy sur TVplus avant la trêve pascale. Le talkshow le plus suivi par les malagasy que ça soit en direct ou sur le net. L’edito de cette ...
by Madahoax
2

 
 
Après le passage du cyclone Giovanna

Edito : L'homme et sa communauté

Il est souvent admis que l’individu ne peut s’épanouir sans sa communauté, et inversement. Cette dualité entre l’individualisme et le communautarisme est souvent mis en exergue et généralement elle est la...
by Madahoax
0

 




0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *