Actualité

25 avril 2012
 

« Tsiperifery », une épice endémique en danger

More articles by »
Written by: Madahoax
Étiquettes : ,
poivre sauvage

Le tsiperifery est une  épice sauvage qui fait depuis quelque temps l’objet de transformation, souvent artisanale, mais elle est aussi de plus en plus appréciée sur le marché local, notamment dans la capitale qu’elle soit moulue, en purée ou vendue en nature.

Poussant dans les régions chaudes et humides du Sud-est de l’île de Madagascar, la récolte du « tsiperifery » est assurée par des communautés villageoises. Selon le centre de recherche agronomique français, CIRAD cette épice endémique à une haute valeur ajoutée et suscite beaucoup d’intérêt. C’est pour cela qu’elle est massivement exploitée et commercialisée. Pour le CIRAD la disparition de l’ensemble des populations fructifères sur les anciens sites d’exploitation constitue une preuve irréfutable des risques de disparition à l’échelle locale. Aussi, afin de la protéger, le réseau de promotion de la qualité dans la filière agroalimentaire dans la région océan Indien, Qualireg, a mené une enquête pour savoir si la gestion actuelle du poivre sauvage peut être permanente. Les recherches entamées par ce réseau ont vu la contribution de plusieurs équipes issues de l’Université d’Antananarivo et du CIRAD à Madagascar. Comme les prix de vente permettent aux récoltants, économiquement vulnérables, d’obtenir des revenus très supérieurs à ceux issus de nombreuses autres activités pratiquées habituellement sur la même période, la population est prête à collaborer.

C’est surtout l’augmentation de la demande internationale qui pousse les acteurs à rechercher de nouvelles zones d’approvisionnement. Si dans de nombreuses zones du corridor forestier oriental les populations de « tsiperifery » sont encore préservées de l’exploitation, cette dynamique laisse envisager un risque de diminution drastique des stocks disponibles à l’échelle nationale. Vu la situation actuelle, les acteurs de la filière dans leur ensemble doivent prendre conscience de tous ces dangers, notamment afin de pouvoir se l’approprier durablement  et espérer inverser ce processus. La communauté scientifique devrait  également s’intéresser à ces questions fondamentales et acquérir des savoirs sur les déterminants de cette exploitation. L’évaluation des stocks disponibles, l’étude du rendement et du potentiel régénératif du tsiperifery  permettront certainement la détermination d’un taux d’exploitation durable et favoriseront la mise en œuvre de pratiques de récolte plus respectueuses de l’environnement.

 





 
 

 
drapeau malagasy

Edito : Gouverner un pays une tache pas si facile

Les générations et les années se succèdent, les présidents et les gouvernements aussi. Certains arrivent au pouvoir par la voie des urnes de manière plus ou moins transparente, et d’autres s’octroient le pouvo...
by Madahoax
0

 
 
29MARS

Edito : Le 29 Mars 1947 dites-vous ?

Ces derniers temps, quand on tape le mot Madagascar sur un moteur de recherche, on ne manque pas de tomber sur les articles de presse concernant un couple de français tués à Madagascar, avec les circonstances relatées et le...
by R Jocelyn
1

 

 
Onitiana Realy

Edito : Andry Rajoelina en campagne ?

Andry Rajoelina était le dernier invité du zoma, l’émission de Onitiana Realy sur TVplus avant la trêve pascale. Le talkshow le plus suivi par les malagasy que ça soit en direct ou sur le net. L’edito de cette ...
by Madahoax
2

 
 
Après le passage du cyclone Giovanna

Edito : L'homme et sa communauté

Il est souvent admis que l’individu ne peut s’épanouir sans sa communauté, et inversement. Cette dualité entre l’individualisme et le communautarisme est souvent mis en exergue et généralement elle est la...
by Madahoax
0