Actualité

9 février 2012

Travail des enfants : bon marché et sans engagement!

More articles by »
Written by: Madahoax
Étiquettes : ,
enfanru

A Madagascar, beaucoup d’enfants entrent dans le marché du travail. Un marché très attrayant pour les employeurs du au coût plus que raisonnable de leurs prestations. Dans les marchés, les dockers se plaignent car ces enfants leur font une «  concurrence déloyale » car ils acceptent  la moitié du tarif normal pour transporter les marchandises, notamment les sacs de riz.  Patrick un petit travailleur confirme qu’effectivement  «pour une distance de moins de cent mètres je suis prêt à porter un sac de riz au tarif de 150 ariary ».

Les enfants sont surtout d’excellents porteurs d’eau. Yvette, une mère de famille déclare qu’en période de vacances, les enfants de son quartier assurent le service à des prix largement inférieurs à ceux pratiqués en temps normal.  Effectivement, les enfants acceptent ces prix quelque soit la distance entre les bornes-fontaines et les maisons de leurs employeurs. D’après un résultat d’enquête de la plateforme de société civile pour l’enfance, près de la moitié des enfants issus de quartiers défavorisés d’Antananarivo font ce  travail.  L’activité de porteur  d’eau est celle qui emploie le plus de main d’œuvre suivi par le ramassage d’ordures.

Les enfants qui effectuent des petits boulots, gagnent en moyenne entre 200 et 2000 ariary par jour. Andry, un autre petit porteur d’eau explique que « le marché est encore large, mais le gain dépend de ma disponibilité, car je vais encore à l’école ». En revanche, beaucoup d’enfants exercent à la fois l’activité de marchands ambulants, de vendeurs de sachets en plastique et de docker à proximité des grands marchés de la capitale. « Le porter madame est tarifé de 200 à 700 ariary, selon le bon vouloir de la cliente tandis que chaque sachet vendu me rapporte 100 ariary de bénéfice » affirme Salohy une petite fille qui travaille aux alentours des pavillons d’Analakely.

Malheureusement, ces petits travailleurs sont obligés de négliger voir de quitter l’école. Si en ville les métiers de bateleur, chercheur d’eau et marchand ambulant sont les principales activités rémunératrices des enfants. En dehors de la ville le secteur agricole et minier sont les deux domaines pourvoyeurs d’emplois.

 






 
 

 
drapeau malagasy

Edito : Gouverner un pays une tache pas si facile

Les générations et les années se succèdent, les présidents et les gouvernements aussi. Certains arrivent au pouvoir par la voie des urnes de manière plus ou moins transparente, et d’autres s’octroient le pouvo...
by Madahoax
0

 
 
29MARS

Edito : Le 29 Mars 1947 dites-vous ?

Ces derniers temps, quand on tape le mot Madagascar sur un moteur de recherche, on ne manque pas de tomber sur les articles de presse concernant un couple de français tués à Madagascar, avec les circonstances relatées et le...
by R Jocelyn
1

 

 
Onitiana Realy

Edito : Andry Rajoelina en campagne ?

Andry Rajoelina était le dernier invité du zoma, l’émission de Onitiana Realy sur TVplus avant la trêve pascale. Le talkshow le plus suivi par les malagasy que ça soit en direct ou sur le net. L’edito de cette ...
by Madahoax
2

 
 
Après le passage du cyclone Giovanna

Edito : L'homme et sa communauté

Il est souvent admis que l’individu ne peut s’épanouir sans sa communauté, et inversement. Cette dualité entre l’individualisme et le communautarisme est souvent mis en exergue et généralement elle est la...
by Madahoax
0

 




One Comment


  1. […] ne manifestent aucun intérêt pour les personnes les plus vulnérables. Une  situation des plus scandaleuses d’autant  que ces dernières sont  souvent des femmes enceintes, des personnes âgées ou […]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *