Actualité

10 janvier 2012

Renforcer la qualité de la soie malgache

More articles by »
Written by: Julia

La filière de la soie malgache commence à intéresser les étrangers pour sa qualité. La soie est encore travaillée de façon traditionnelle. Le dévidage des cocons, la filature, la teinture et le tissage sont réalisés à la main, contribuant à la qualité du travail et du produit fini. Sur le marché intérieur, il faut compter 60 000 à 120 000 Ariary(21 à 42 euros) pour un linceul six panneaux, et 14 000 Ariary (5 €) pour une écharpe. Au niveau international, la soie malgache s’exporte à Paris, à Londres, à Rome et en Afrique du Sud.

La sériciculture est pratiqué dans les régions Analamanga, Itasy, Bongolava, Vakinankaratra, Amoron’i Mania, Haute Matsiatra et Atsimo Andrefana. Il existe deux types de vers à soie à Madagascar : la soie sauvage de couleur brune et le vers à soie d’élevage (ou soie de mûrier) appelé Bombyx qui est originaire de Chine. L’insuffisance des matières premières limite cependant le développement de la filière. Certains éleveurs importent des cocons de la Chine parce que les souches animales ne suffisent pas. Il faut environ 24 kilos de feuilles de mûrier pour avoir un kilo de cocons, sachant qu’un cocon peut donner entre 300 et 1500 mètres de fil de soie brute.

La surface plantée de mûriers est encore très faible et dispersée dans diverses régions de la grande île.  La production de fil de soie est encore faible, avec le prix des cocons élevé, ce qui fait que les produits finis sont encore chers. La Chine qui représente 70% de la production mondiale arrive à maintenir des prix bas, moitié moins chers que les produits finis malgaches. Il est important de mettre en place un programme de développement de la filière afin de relancer la production et de satisfaire la demande locale et internationale tout en renforçant  la qualité et l’image de la soie malgache.

De nombreuses ONG se sont mobilisées pour redynamiser le secteur, notamment le CITE avec l’appui financier de l’ONUDI. Le CITE est devenu le centre de référence malgache du secteur grâce à ses connaissances et expériences dans le développement de la filière de la soie. L’ONG italienne Mondo Giusto travaille dans la plantation de mûrier pour qu’il y ait plus de vers à soie. En tous cas les acteurs du secteur se mobilisent pour professionnaliser la production de soie.






 
 

 
Bila Tarabey signant son livre

Bilal Tarabey, Madagascar, dahalo

Enquête sur les bandits du Grand Sud. Voilà un petit livre qui est en réalité une petite fusée éclairante dans la littérature de l’Océan Indien. Sous-titré « récit » et signé par un jeune journaliste français d...
by Dominique Ranaivoson
1

 
 
La différence

Sur la route de Fianarantsoa

Fianarantsoa est l’une des grandes villes sur la route vers le sud de Madagascar. Elle se trouve dans la région Betsileo avec une population tout aussi accueillant et souriant. Voici quelques images pour vous donner envi...
by Madahoax
0

 

 

Morengy la boxe malagasy

Vous connaissez certainement la boxe anglaise, française ou thaïlandaise. Mais connaissez vous la boxe Malagasy, le Morengy ? Il est vrai que ce sport n’est pas très répandu dans l’ile et pour cause, il resemb...
by Madahoax
1

 
 

Emission de la Radio RDJ

La radio RDJ, innove en mettant en ligne ses émissions cultes. Il est possible de les écouter en différé. La cible de la radio sont les jeunes mais ses émissions sont vraiment tout public. On y retrouve de l’humour, ...
by Madahoax
1

 

 

Etudiants et dahalo, tous dans le même panier pour les forces de l’ordre

Des forces de l’ordre lourdement équipées, déployées en plusieurs unités, toutes en position de combat et prêtes à lancer l’offensive, c’est une image qui revient et qui ne choque plus les malgaches. S’agit il d...
by Madahoax
0

 



0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *