Actualité

15 mai 2012

Relation entre Madagascar et les pays émergents: bien plus d’avantages que d’inconvénients

More articles by »
Written by: Madahoax
Étiquettes : , ,

Nous sommes conscients que l’ordre mondial a pris une autre tournure depuis l’émergence des pays à forte croissance économique. Pour la Grande île, tisser des relations commerciales avec les pays émergents connus sous l’acronyme des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et l’Afrique du Sud), présente aussi bien des avantages que des difficultés.

A l’issue d’une conférence-débat organisée par le Centre d’études diplomatiques et stratégiques de Madagascar (CEDS), s’intitulant « les pays émergents sont-ils un atout pour Madagascar ? », on a pu examiner différents points de vue. D’emblée, les pays du BRICS sont incontournables pour le développement de l’économie locale. 50% des produits importés à Madagascar proviennent des BRICS, dont 39% de la Chine. Cette puissance asiatique a d’ailleurs supplanté la France depuis 10 ans en termes d’échanges commerciaux. Des produits alimentaires sont importés de l’Afrique du Sud, l’éthanol est acheté au Brésil, les produits indiens envahissent les étalages…, bref, la plupart des opérateurs se tournent de plus en plus vers ces pays émergents. La tendance se confirme également à l’exportation où la Chine et l’Inde deviennent les débouchés privilégiés de certains producteurs car ces pays sont beaucoup moins exigeants sur les normes.

Madagascar tente de s’inspirer des pays du BRICS pour retrouver le chemin du développement. Ces pays ont su tirer profit de leurs richesses en matières premières et en main d’œuvre pour produire de la richesse. Ce sont des atouts qui ne manquent pas à Madagascar. Pour certains membres du CEDS, il est tout à fait envisageable de faire des affaires avec ces pays. Pourtant, il faut faire attention sur les termes de négociations des accords bilatéraux. Si l’Europe en tant que partenaire historique de la Grande île peut accepter l’effacement de nos dettes, on doute fort que des pays comme la Chine soient enclins à faire de même. Si la Chine ou l’Inde acceptent de prêter de l’argent à Madagascar, les richesses minières et l’exploitation des terres cultivables sont les contreparties le plus souvent exigées.

Le gouvernement, en quête de financement et cherchant à se libérer de l’emprise de l’Union Européenne et de la Banque Mondiale,  accepte des conditions qui sur le long terme ne profiteront pas à l’économie locale. Le développement du pays ne se fera qu’en produisant de la valeur ajoutée basée sur un système éducatif performant et à travers des partenariats gagnants-gagnants. Les premières dérives des transactions avec la Chine ont été montrées au travers du trafic de bois de rose et la condamnation de la compagnie minière Mainland Mining qui s’est fait retirer son permis environnemental pour non respect de son cahier des charges et destruction de l’environnement. En fait le plus gros problème de Madagascar ce ne sont pas les partenaires économiques, ce sont ses dirigeants qui sont incapables de proposer un projet de développement et négocier les points qui sont importants pour faire avancer le pays.

 






 
 

 

L’activité économique ne doit pas dépendre uniquement des projets miniers

Les autorités doivent regarder de plus près les impacts sur le long terme des grands projets miniers mis en œuvre à Madagascar. Est-ce que la population va bénéficier des revenus tirés par ces activités de rentes ? L...
by Madahoax
0

 
 

L’électricité, une véritable révolution pour les zones rurales

Loin des grandes villes, les organisations non gouvernementales se mobilisent pour mettre en œuvre leurs programmes de développement du monde rural tout en se focalisant sur l’aspect durable et l’adaptation des projets au...
by Madahoax
0

 

 

Il faut miser sur la qualité de la vanille

Les opérateurs de la filière vanille se montrent optimistes, les prévisions pour l’année 2012 ont été revues à la hausse. Ils estiment que le pays pourra produire 1500 tonnes de vanille exportable  au lieu des 1200 to...
by Madahoax
0

 
 

Reprise de certains financements

Le Cadre Intégré Renforcé est un programme mis en œuvre par le FMI, l’ITC, le CNUCED, le PNUD, la Banque mondiale et l’OMC. Les PMA (Pays les moins Avancés) bénéficient de ce programme. Financé par plusieurs donate...
by Madahoax
0

 

 

Sans bailleurs, pas de relance économique

En trois ans de gouvernance, le discours a changé. Finalement Madagascar a besoin des bailleurs de fonds pour sortir la tête de l’eau. Lors de son passage chez Ban Ki Moon, Andry Rajoelina a appelé les bailleurs de fonds p...
by Madahoax
0

 



0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *