Actualité

11 juin 2012

Pourquoi les malgaches ne mangent pas à leur faim?

More articles by »
Written by: Madahoax
Étiquettes : , ,
rizieres

Madagascar est classé au 6ème rang mondial en ce qui concerne le taux de malnutrition. 50% des enfants de moins de 5 ans sont touchés par la malnutrition. Aujourd’hui, de nombreux malgaches triment au quotidien pour subvenir à leurs besoins primaires, et ceux qui meurent de faim se font hélas de plus en plus nombreux. Pourtant, rien qu’en 2010 et selon les chiffres officiels publié par le ministère, Madagascar a produit 445 000 tonnes de poissons en tout genre. Pour une population estimée à 20 millions d’habitants, cela reviendrait à 22 kilos de poisson par personne. Ceci ne concerne que le poisson, mais poules, dindes, canards, porcs et autres sont loin d’être en voie d’extinction sur la grande île. Comment peut-on alors expliquer cette situation paradoxale ?

En moyenne, un malgache consomme 115 kg de riz par an tous âges confondus. Ceci équivaut à peu près à 2 300 000 tonnes de riz par an. Avec seulement 30% des terres arables exploitées, Madagascar a de quoi produire en local de quoi satisfaire sa population. La pisciculture appliquée aux rizières produit suffisamment de poisson pour combler les déficits en protéines dans les milieux ruraux. D’où provient donc l’insuffisance alimentaire vécue par une population non négligeable de malgaches ? Ce ne sont pas les denrées alimentaires qui manquent mais ce sont les ressources financières pour se les procurer qui font défaut. Ainsi, si on revient au secteur de la pêche, les opérateurs exportent 90% de leur production car cela leur permet de générer plus de revenus. Les 10% restant écoulés sur le marché local génère un climat de rareté qui fait hausser les prix et donc les poissons deviennent trop chers pour le malgache.

Une solution proposée par des techniciens du secteur serait d’imposer aux sociétés de pêches d’écouler au moins 30% de leur production sur le marché local sans quoi leur licence de pêche serait annulée. Le gouvernement devrait également restructurer toutes les filières agroalimentaires du pays et renforcer les contrôles pour éviter les spéculations. Pour le cas du riz, de gros opérateurs économiques stockent cette denrée dans plusieurs entrepôts disposés dans tous les recoins de l’île. Le riz est écoulé au compte goutte afin de maintenir un prix suffisamment élevé pour générer de gros revenus. Tiko jouait le rôle de régulateur, mais depuis sa disparition, c’est devenu le chaos. Selon des sources au sein de l’AFD (Agence Française pour le Développement), ces derniers estiment que le pays produit suffisamment de riz pour satisfaire le besoin local, seulement les zones productrices sont mal réparties et difficiles d’accès laissant la voie libre aux collecteurs sans scrupules.






 
 

 
drapeau malagasy

Edito : Gouverner un pays une tache pas si facile

Les générations et les années se succèdent, les présidents et les gouvernements aussi. Certains arrivent au pouvoir par la voie des urnes de manière plus ou moins transparente, et d’autres s’octroient le pouvo...
by Madahoax
0

 
 
29MARS

Edito : Le 29 Mars 1947 dites-vous ?

Ces derniers temps, quand on tape le mot Madagascar sur un moteur de recherche, on ne manque pas de tomber sur les articles de presse concernant un couple de français tués à Madagascar, avec les circonstances relatées et le...
by R Jocelyn
1

 

 
Onitiana Realy

Edito : Andry Rajoelina en campagne ?

Andry Rajoelina était le dernier invité du zoma, l’émission de Onitiana Realy sur TVplus avant la trêve pascale. Le talkshow le plus suivi par les malagasy que ça soit en direct ou sur le net. L’edito de cette ...
by Madahoax
2

 
 
Après le passage du cyclone Giovanna

Edito : L'homme et sa communauté

Il est souvent admis que l’individu ne peut s’épanouir sans sa communauté, et inversement. Cette dualité entre l’individualisme et le communautarisme est souvent mis en exergue et généralement elle est la...
by Madahoax
0

 




0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *