Actualité

22 novembre 2011

Politique : gouvernement Beriziky accouchement difficile

More articles by »
Written by: HR
Omer Beriziky

Omer Beriziky Premier ministre du gouvenement

Journée mouvementée pour le premier ministre nouvellement nommé. En effet dans l’après-midi d’hier, alors que la cérémonie de présentation du nouveau gouvernement était en cours à Iavoloha, une centaine de belligérants représentant les deux camps politiquement opposés étaient à deux doigts de s’affronter aux abords du palais de Mahazoarivo.

Les délégations de l’opposition des Trois mouvances se sont données rendez-vous à Mahazoarivo pour rencontrer le Premier Ministre. C’est le directeur administratif et financier de la Primature qui les a reçus. Suite à cette entrevue manquée, les délégations menées par Mamy Rakotoarivelo, Henri Randrianjatovo et Lalatiana Ravololomanana ont avancé que les ministres nommés à Iavoloha et issus des Trois mouvances renient leur appartenance.

De son coté face à la presse, le  Premier ministre Jean Omer Beriziky n’est pas allé par quatre chemins pour définir ses priorités en tant que chef du nouveau gouvernement de consensus de la Transition. Il s’est déclaré prêt à engager des négociations et pour montrer l’exemple, à effectuer une déclaration de patrimoine «très prochainement ».
Le renforcement des partenariats, aussi bien en interne qu’en externe, figure parmi ses autres priorités. Il a ainsi appelé à « l’arrêt des poursuites à caractère politique». Jean Omer Beriziky entend ainsi baisser la tension naissante entre le pouvoir de la Transition dont il est désormais l’un des fers de lance, et l’opposition.

Coté nomination, quatre ministres présentés par les mouvances d’opposition n’ont pas répondu à l’invitation. Ils attendraient l’instruction commune avant de se manifester : Roland Ravatomanga, Olga Ramalason, Ihanta Randria­mandrato, Tabera Randria­manantsoa, Marcel Bernard, respectivement ministres de l’Agriculture, du Commer­ce, de l’Élevage, de la Fonction publique ainsi que des Hydro­carbures ne se sont pas rendus à Iavoloha hier. Tandis que certains oubliés ont fait les frais d’une critique acerbe pour leurs gestions. Le général Herilanto Raveloharison aurait eu du mal à maîtriser le trafic de bois de rose,  Alain Razafimbelo et Jean Jacques Rabenirina ont été respectivement pointés du doigt dans la gestion des projets de grands travaux routiers et sur les infrastructures d’écoles.






 
 

 
Bila Tarabey signant son livre

Bilal Tarabey, Madagascar, dahalo

Enquête sur les bandits du Grand Sud. Voilà un petit livre qui est en réalité une petite fusée éclairante dans la littérature de l’Océan Indien. Sous-titré « récit » et signé par un jeune journaliste français d...
by Dominique Ranaivoson
1

 
 
La différence

Sur la route de Fianarantsoa

Fianarantsoa est l’une des grandes villes sur la route vers le sud de Madagascar. Elle se trouve dans la région Betsileo avec une population tout aussi accueillant et souriant. Voici quelques images pour vous donner envi...
by Madahoax
0

 

 

Morengy la boxe malagasy

Vous connaissez certainement la boxe anglaise, française ou thaïlandaise. Mais connaissez vous la boxe Malagasy, le Morengy ? Il est vrai que ce sport n’est pas très répandu dans l’ile et pour cause, il resemb...
by Madahoax
1

 
 

Emission de la Radio RDJ

La radio RDJ, innove en mettant en ligne ses émissions cultes. Il est possible de les écouter en différé. La cible de la radio sont les jeunes mais ses émissions sont vraiment tout public. On y retrouve de l’humour, ...
by Madahoax
1

 

 

Etudiants et dahalo, tous dans le même panier pour les forces de l’ordre

Des forces de l’ordre lourdement équipées, déployées en plusieurs unités, toutes en position de combat et prêtes à lancer l’offensive, c’est une image qui revient et qui ne choque plus les malgaches. S’agit il d...
by Madahoax
0

 



0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *