Actualité

22 novembre 2011

Politique : gouvernement Beriziky accouchement difficile

More articles by »
Written by: HR
Omer Beriziky

Omer Beriziky Premier ministre du gouvenement

Journée mouvementée pour le premier ministre nouvellement nommé. En effet dans l’après-midi d’hier, alors que la cérémonie de présentation du nouveau gouvernement était en cours à Iavoloha, une centaine de belligérants représentant les deux camps politiquement opposés étaient à deux doigts de s’affronter aux abords du palais de Mahazoarivo.

Les délégations de l’opposition des Trois mouvances se sont données rendez-vous à Mahazoarivo pour rencontrer le Premier Ministre. C’est le directeur administratif et financier de la Primature qui les a reçus. Suite à cette entrevue manquée, les délégations menées par Mamy Rakotoarivelo, Henri Randrianjatovo et Lalatiana Ravololomanana ont avancé que les ministres nommés à Iavoloha et issus des Trois mouvances renient leur appartenance.

De son coté face à la presse, le  Premier ministre Jean Omer Beriziky n’est pas allé par quatre chemins pour définir ses priorités en tant que chef du nouveau gouvernement de consensus de la Transition. Il s’est déclaré prêt à engager des négociations et pour montrer l’exemple, à effectuer une déclaration de patrimoine «très prochainement ».
Le renforcement des partenariats, aussi bien en interne qu’en externe, figure parmi ses autres priorités. Il a ainsi appelé à « l’arrêt des poursuites à caractère politique». Jean Omer Beriziky entend ainsi baisser la tension naissante entre le pouvoir de la Transition dont il est désormais l’un des fers de lance, et l’opposition.

Coté nomination, quatre ministres présentés par les mouvances d’opposition n’ont pas répondu à l’invitation. Ils attendraient l’instruction commune avant de se manifester : Roland Ravatomanga, Olga Ramalason, Ihanta Randria­mandrato, Tabera Randria­manantsoa, Marcel Bernard, respectivement ministres de l’Agriculture, du Commer­ce, de l’Élevage, de la Fonction publique ainsi que des Hydro­carbures ne se sont pas rendus à Iavoloha hier. Tandis que certains oubliés ont fait les frais d’une critique acerbe pour leurs gestions. Le général Herilanto Raveloharison aurait eu du mal à maîtriser le trafic de bois de rose,  Alain Razafimbelo et Jean Jacques Rabenirina ont été respectivement pointés du doigt dans la gestion des projets de grands travaux routiers et sur les infrastructures d’écoles.






 
 

 
drapeau malagasy

Edito : Gouverner un pays une tache pas si facile

Les générations et les années se succèdent, les présidents et les gouvernements aussi. Certains arrivent au pouvoir par la voie des urnes de manière plus ou moins transparente, et d’autres s’octroient le pouvo...
by Madahoax
0

 
 
29MARS

Edito : Le 29 Mars 1947 dites-vous ?

Ces derniers temps, quand on tape le mot Madagascar sur un moteur de recherche, on ne manque pas de tomber sur les articles de presse concernant un couple de français tués à Madagascar, avec les circonstances relatées et le...
by R Jocelyn
1

 

 
Onitiana Realy

Edito : Andry Rajoelina en campagne ?

Andry Rajoelina était le dernier invité du zoma, l’émission de Onitiana Realy sur TVplus avant la trêve pascale. Le talkshow le plus suivi par les malagasy que ça soit en direct ou sur le net. L’edito de cette ...
by Madahoax
2

 
 
Après le passage du cyclone Giovanna

Edito : L'homme et sa communauté

Il est souvent admis que l’individu ne peut s’épanouir sans sa communauté, et inversement. Cette dualité entre l’individualisme et le communautarisme est souvent mis en exergue et généralement elle est la...
by Madahoax
0

 




0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *