Actualité

9 janvier 2012

Madagascar devient une plaque tournante pour le trafic de drogue

More articles by »
Written by: Julia

Au niveau local, le trafic de cannabis prend de l’ampleur. Moyennant quelques Ariary, on peut s’en procurer très facilement dans tous les recoins des quartiers de Tananarive. Les productions viennent principalement du Nord, de l’Ouest et du Sud de Madagascar. Les espèces cultivées sont très appréciées des adeptes de part leur qualité et leur prix abordable. D’ailleurs, depuis quelques années, des touristes viennent spécialement dans la Grande île pour fumer de l’herbe locale, donnant à Madagascar l’image de la Jamaïque de l’océan indien.

Bien que la production ne soit pas encore à grande échelle comme en Colombie ou en Afghanistan, elle s’est beaucoup développée. La majorité de la production s’écoule au niveau local. Le cannabis local est connu pour sa forte teneur en trétrahydrocannabinol (principe actif du cannabis). La demande ne fait que s’accroître. Le nombre de ressortissant étrangers interpellés par la brigade des stups augmente chaque année.

Le volume du trafic au niveau international est encore infime. Concernant les drogues dures (héroïne, cocaïne, extasie…), Madagascar est un pays de transit et, selon les autorités, La grande île est en passe de devenir une plaque tournante du trafic de stupéfiants dans la zone océan indien. Les 4 000 km de côtes à peines surveillées facilitent les trafics en tout genre.

Faute de moyens, les forces de l’ordre ont du mal à identifier le circuit des trafiquants. On ne constate l’ampleur du réseau lorsque des personnes sont arrêtées à Maurice ou à la Réunion après s’être approvisionné sur la Grande Ile. Un ancien sergent de la brigade anti drogue mauricienne a été arrêté au bout de plusieurs mois d’enquêtes, menées conjointement par les autorités malgaches et mauriciennes. Trois malgaches, quatre mauriciens et deux kényans ont été arrêtés. Les forces de l’ordre ont saisi un kilo d’héroïne caché dans un bloc de bois, accompagné de 2900 dollars en espèces.

A Madagascar, il s’agit de la plus grande saisie réalisée dans le cadre de la lutte contre le trafic d’héroïne. Il ne s’agit que de la partie immergée de l’iceberg, le réseau des trafiquants se développe très rapidement face aux forces de l’ordre qui manquent cruellement de moyens pour y faire face.






 
 

 
Bila Tarabey signant son livre

Bilal Tarabey, Madagascar, dahalo

Enquête sur les bandits du Grand Sud. Voilà un petit livre qui est en réalité une petite fusée éclairante dans la littérature de l’Océan Indien. Sous-titré « récit » et signé par un jeune journaliste français d...
by Dominique Ranaivoson
1

 
 
La différence

Sur la route de Fianarantsoa

Fianarantsoa est l’une des grandes villes sur la route vers le sud de Madagascar. Elle se trouve dans la région Betsileo avec une population tout aussi accueillant et souriant. Voici quelques images pour vous donner envi...
by Madahoax
0

 

 

Morengy la boxe malagasy

Vous connaissez certainement la boxe anglaise, française ou thaïlandaise. Mais connaissez vous la boxe Malagasy, le Morengy ? Il est vrai que ce sport n’est pas très répandu dans l’ile et pour cause, il resemb...
by Madahoax
1

 
 

Emission de la Radio RDJ

La radio RDJ, innove en mettant en ligne ses émissions cultes. Il est possible de les écouter en différé. La cible de la radio sont les jeunes mais ses émissions sont vraiment tout public. On y retrouve de l’humour, ...
by Madahoax
1

 

 

Etudiants et dahalo, tous dans le même panier pour les forces de l’ordre

Des forces de l’ordre lourdement équipées, déployées en plusieurs unités, toutes en position de combat et prêtes à lancer l’offensive, c’est une image qui revient et qui ne choque plus les malgaches. S’agit il d...
by Madahoax
0

 



0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *