Actualité

9 janvier 2012

L'ylang-ylang, une filière prometteuse

More articles by »
Written by: Julia
ylang

Originaire d’Indonésie, l’ylang-ylang a été introduit dans les îles tropicales du Pacifique et de l’Océan indien. Introduit en 1903 à Nosy-Be, l’ylang-ylang est devenu la figure emblématique de l’île surnommée l’île aux Parfums. Il faut attendre au minimum cinq ans pour pouvoir cueillir les premières fleurs, très prisées pour leur odeur chaude et suave et pour leurs nombreuses vertus thérapeutiques.L’arbre est taillé en pied de vigne pour faciliter la cueillette des fleurs. 500 hectares produisent 800 tonnes de fleurs par an, ce qui permet d’en extraire 20 tonnes d’huiles essentielles. L’huile essentielle d’ylang ylang est obtenue après 18 heures de distillation. Très employée dans la cosmétique, elle entre généralement dans la composition de parfums. La population locale mélange l’ylang-ylang avec de l’huile de coco et l’utilise pour les soins de la peau, le traitement du cuir chevelu ou tout simplement pour en faire de l’huile de massage.

En aromathérapie, l’huile essentielle à base d’ylang-ylang est recommandée en cas d’anxiété aiguë, de stress et favorise la circulation sanguine pour stabiliser la tension artérielle pour les individus souffrant d’hypertension. L’huile a des vertus calmantes mais on lui attribue également des propriétés aphrodisiaques et de stimulant sexuel pour traiter l’impuissance et la frigidité. Les huiles à bases d’ylang-ylang ont été également utilisées pour le soin du cuir chevelu en lui apportant vitalité et brillance.

100 kilos de fleurs jaunes donnent 2,5 litres d’huiles essentielles. Des opérateurs privés se sont rassemblés pour promouvoir le développement durable du secteur et préserver la biodiversité locale. Des formations ont été données pour que les producteurs puissent certifier leurs produits comme étant issus de l’agriculture biologique et de collecte durable selon les normes européennes, américaines et japonaises. Ces initiatives permettront également aux producteurs d’huiles essentielles de rentrer dans le commerce équitable.

Pour l’instant, les communautés locales ne récoltent que peu de bénéfices de la filière des huiles essentielles. Ils sont cantonnés à la collecte des plantes et à l’extraction des huiles pour un montant dérisoire, sans couverture sociale et dans des conditions physiques et sanitaires dangereuses. La mise en place d’une politique de développement social est primordiale avec la participation des organisations publiques et privées, pour que la filière des huiles essentielles devienne une véritable aubaine pour Madagascar.






 
 

 
drapeau malagasy

Edito : Gouverner un pays une tache pas si facile

Les générations et les années se succèdent, les présidents et les gouvernements aussi. Certains arrivent au pouvoir par la voie des urnes de manière plus ou moins transparente, et d’autres s’octroient le pouvo...
by Madahoax
0

 
 
29MARS

Edito : Le 29 Mars 1947 dites-vous ?

Ces derniers temps, quand on tape le mot Madagascar sur un moteur de recherche, on ne manque pas de tomber sur les articles de presse concernant un couple de français tués à Madagascar, avec les circonstances relatées et le...
by R Jocelyn
1

 

 
Onitiana Realy

Edito : Andry Rajoelina en campagne ?

Andry Rajoelina était le dernier invité du zoma, l’émission de Onitiana Realy sur TVplus avant la trêve pascale. Le talkshow le plus suivi par les malagasy que ça soit en direct ou sur le net. L’edito de cette ...
by Madahoax
2

 
 
Après le passage du cyclone Giovanna

Edito : L'homme et sa communauté

Il est souvent admis que l’individu ne peut s’épanouir sans sa communauté, et inversement. Cette dualité entre l’individualisme et le communautarisme est souvent mis en exergue et généralement elle est la...
by Madahoax
0

 




0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *