Actualité

2 février 2012

Litige policiers/ magistrats : les dessous du litige…

More articles by »
Written by: Madahoax

Le bras de fer entre magistrats et policiers n’arrête pas de prendre de l’ampleur. Les policiers, après avoir livré leur frère d’arme ont jugé qu’ils avaient déjà fait un geste significatif pour apaiser le couru des magistrats. Devant l’inflexibilité de ces derniers exigeant le départ du ministre de la sécurité intérieure, les policiers s’insurgent et demandent carrément la révocation du garde des sceaux.

Les magistrats revendiquent la démission du ministre de la sécurité intérieure. Selon eux, c’est la seule solution susceptible de régler le conflit les opposant aux policiers. En contre partie, les policiers, eux aussi, exigent le départ du ministre de la justice. Le premier ministre, Omer Beriziky, en revanche, propose la démission des deux ministres concernés, que ce soit celui de la sécurité ou celui de la justice. Cette proposition, tout à fait correcte et arbitraire, a été avancée pour éviter de prendre un quelconque parti.

Toutefois, le premier ministre n’est pas le seul à jouer là-dessus, il a donné carte blanche au président de haute autorité de la transition. Omer Beriziky lui a donc laissé le soin d’analyser le problème cas par cas et d’en tirer une conclusion évidente. Mais Andry Rajoelina, résolu à ne pas se séparer des deux ministres concernés, semble vouloir enfoncer un peu plus le couteau dans la plaie. De plus, la crise déjà omniprésente se fait sentir. Les tensions montent en puissance et en intensité. Le duel perdure et devient tenace.

D’une part, les magistrats prennent l’initiative de fermer leur lieu de travail et de ne plus effectuer de service minimum. Et cerise sur le gâteau, pour renforcer leur mouvement de protestation, ils décident de poursuivre en justice le ministre de la sécurité intérieure pour non assistance à une personne en danger.

D’autre part, les policiers, pour soutenir leur chef entrevoient d’adopter des mesures pour riposter à leur tour. Mesures, d’ailleurs, qui ne feraient qu’aggraver la situation actuelle. Et dans ce sombre canular, ce sont les civiles qui se voient en payer les frais.

Les grands bénéficiaires à l’issu de cette situation restent les délinquants. L’insécurité prédominante et la justice qui ferme ses portes semblent pousser ces derniers à continuer leurs activités insalubres.

Néanmoins, ce stade de malentendu devrait déjà être éclairci si des compromis avaient été réalisés au niveau des dirigeants. Mais apparemment, les personnes concernées font la sourde oreille et semblent ignorer la vraie réalité. Comme on dit la balle est dans leur camp.

 






 
 

 
drapeau malagasy

Edito : Gouverner un pays une tache pas si facile

Les générations et les années se succèdent, les présidents et les gouvernements aussi. Certains arrivent au pouvoir par la voie des urnes de manière plus ou moins transparente, et d’autres s’octroient le pouvo...
by Madahoax
0

 
 
29MARS

Edito : Le 29 Mars 1947 dites-vous ?

Ces derniers temps, quand on tape le mot Madagascar sur un moteur de recherche, on ne manque pas de tomber sur les articles de presse concernant un couple de français tués à Madagascar, avec les circonstances relatées et le...
by R Jocelyn
1

 

 
Onitiana Realy

Edito : Andry Rajoelina en campagne ?

Andry Rajoelina était le dernier invité du zoma, l’émission de Onitiana Realy sur TVplus avant la trêve pascale. Le talkshow le plus suivi par les malagasy que ça soit en direct ou sur le net. L’edito de cette ...
by Madahoax
2

 
 
Après le passage du cyclone Giovanna

Edito : L'homme et sa communauté

Il est souvent admis que l’individu ne peut s’épanouir sans sa communauté, et inversement. Cette dualité entre l’individualisme et le communautarisme est souvent mis en exergue et généralement elle est la...
by Madahoax
0

 




0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *