Actualité

9 mai 2012

L’hiver arrive, les pulls sortent du placard et les festivités hivernales se préparent !

More articles by »
Written by: Madahoax
Étiquettes : ,

La plupart de nos concitoyens commencent à se mettre au chaud en ce début de saison hivernale. On peut ranger nos shorts, nos body, nos petites robes fleuries tout au fond du placard et faire place aux vêtements chauds !

Nez rouge, mains gelées, claquement des dents, des signes qui ne trompent pas et nous prouvent qu’il est temps de mettre un pull. Sur le marché local, que ce soit dans les boutiques ou sur les étalages des marchés à ciel ouvert, le décor commence à virer de couleurs pour devenir un peu plus sombre ! Pulls, vestes manches longues, blousons, gants… remplissent les devantures des magasins. Concernant le prix, celui-ci est encore élevé puisque les articles n’envahissent pas encore le marché en ce début d’hiver. Les fameux pulls varient entre 6000 Ar et 15000Ar selon le modèle et la qualité. Dans les grandes surfaces et les centres commerciaux, ils ont sorti leurs plus belles marchandises d’hiver. Les couettes et les couvertures s’exhibent devant le hall des entrées et dont les prix peuvent aller jusqu’à 100 000Ar. Concernant la demande, les vendeurs affirment que les clients commencent à s’intéresser aux pulls, mais de visu, le marché n’est pas aussi lucratif que les années précédentes, sans doute à cause du pouvoir d’achat de la population.

La saison hivernale chez les Malgaches est aussi la saison de la moisson. En conséquence, les prix des denrées restent stables. Du côté des us et coutumes, l’hiver est aussi la période propice pour les circoncisions. Une pratique du temps des « Ntaolo » où jadis, elle s’accompagne de festivités à la veille de l’opération. Comme il n’y avait pas encore d’anesthésie à cette époque, les hommes allaient chercher au petit matin du « rano mahery » dans la gorge d’une source. Elle est si froide qu’elle a à peu près les mêmes effets qu’une anesthésie. De nos jours, avec les risques d’infections et de complications, les parents préfèrent se rendre chez un chirurgien pour circoncire leurs petits garçons.  De plus, n’oublions pas le fameux famadihana, un rituel où on change les lambeaux des morts. Selon les traditionalistes, il paraît que les morts murmurent à l’un de ses proches, vivants, qu’ils ont eux aussi froids ! C’est pourquoi il faut les recouvrir de « lamba mena » neuf. Une occasion pour les vivants de demander la bénédiction des ancêtres.

L’hiver promet d’être rude car déjà en ces débuts de mois, la température minimale tourne autour de 10° sur les hauts plateaux alors que les mois de juin et juillet sont généralement les plus froids de l’année.

 






 
 

 

Le famadihana, un moment de réjouissances pour les vivants en mémoires des défunts

Le retournement des morts ou famadihana est un rite bien ancré dans la tradition malgache. Ce rituel permet à la dépouille du parent de passer au statut d’ancêtre, razana. Selon un enseignant chercheur de l’Université ...
by Madahoax
0

 
 

Défécation à l’air libre, faites attention aux terrains minés

Dans certaines régions de Madagascar, il faut faire attention où l’on met les pieds. S’aventurer en terrain miné est une expérience que l’on n’oublie pas de sitôt. Que le lecteur se rassure, il ne s’agit pas de b...
by Madahoax
0

 



0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *