Actualité

24 juillet 2012

Militaires, politiques et malfaiteurs, la déroute de Madagascar

More articles by »
Written by: Madahoax
Étiquettes : , , ,
militaires et dahalos

Les relations ambigües entre les militaires, politiciens et dahalos constituent le plus grand danger pour le maintient de la paix et de la sécurité à Madagascar. Les évènements de 2009 ont fait éclater au grand jour les dysfonctionnements qui rongent la société malgache. Plus de 200 000 km² du territoire malgache est classé zone rouge. Ce terme désigne les localités où l’Etat exerce très peu voire aucun contrôle, permettant ainsi au grand banditisme d’œuvrer librement et en toute quiétude.

L’armée malgache est composée de 12500 hommes avec une structure d’officiers et de hauts gradés suffisante pour une armée de 400 000 soldats. 8100 gendarmes sont mobilisés pour assurer la sécurité dans les zones rurales et la police compte 20 000 éléments, soit un agent pour 1000 habitants. Une petite centaine d’éléments font partie des forces aériennes malgaches avec une flotte datant de la première guerre mondiale et des hélicoptères sans pilotes. Enfin, la marine comporte 500 soldats et six patrouilleurs pour surveiller près de 5000 km de côte.

Une organisation sans faille, des moyens suffisants et surtout une discipline irréprochable sont nécessaires pour maintenir la sécurité dans tout le pays et surtout dans les zones rouges. Pourtant, depuis les évènements de 2002 pendant lesquels les militaires se sont divisés en deux (pro-Ratsiraka et pro-Ravalomanana), de nombreuses personnes se sont servis dans les stocks d’armes et ne les ont jamais rendues. Madagascar est riche en ressources et l’Etat n’a pas les moyens de contrôler tout le territoire, ce qui favorise les associations de malfaiteurs locales et internationales : or, pierres précieuses, bois de rose, animaux, zébus…, un véritable réseau mafieux s’est mis en place.

Les liens entre les militaires et les dahalos ne sont plus à faire. Les soldats sont les premiers fournisseurs d’armes des bandits. Depuis les évènements de 2009, de nombreux politiciens accusés d’être associés de près aux réseaux mafieux ont été libérés de prison par Rajoelina. Les malfaiteurs, les militaires et les politiciens se partagent maintenant le pouvoir. Tel Gotham city ou Sin City, il faudra plus que Batman pour sauver Madagascar.

 






 
 

 
drapeau malagasy

Edito : Gouverner un pays une tache pas si facile

Les générations et les années se succèdent, les présidents et les gouvernements aussi. Certains arrivent au pouvoir par la voie des urnes de manière plus ou moins transparente, et d’autres s’octroient le pouvo...
by Madahoax
0

 
 
29MARS

Edito : Le 29 Mars 1947 dites-vous ?

Ces derniers temps, quand on tape le mot Madagascar sur un moteur de recherche, on ne manque pas de tomber sur les articles de presse concernant un couple de français tués à Madagascar, avec les circonstances relatées et le...
by R Jocelyn
1

 

 
Onitiana Realy

Edito : Andry Rajoelina en campagne ?

Andry Rajoelina était le dernier invité du zoma, l’émission de Onitiana Realy sur TVplus avant la trêve pascale. Le talkshow le plus suivi par les malagasy que ça soit en direct ou sur le net. L’edito de cette ...
by Madahoax
2

 
 
Après le passage du cyclone Giovanna

Edito : L'homme et sa communauté

Il est souvent admis que l’individu ne peut s’épanouir sans sa communauté, et inversement. Cette dualité entre l’individualisme et le communautarisme est souvent mis en exergue et généralement elle est la...
by Madahoax
0

 




0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *