Actualité

22 mai 2012

Les grèves se suivent et se ressemblent: au tour du syndicat des paramédicaux maintenant

More articles by »
Written by: Madahoax
Étiquettes : , ,

A force de jouer avec le feu on fini par se brûler. Le gouvernement de Transition est obligé de jouer au pompier faute de proposer un plan de sortie de crise. Les syndicats en profitent pour réclamer la hausse des grilles salariales des fonctionnaires. Les grèves se suivent et se ressemblent fortement. Après les revendications du SECES, du SEMPAMA, du SMM, et des sous-officiers, le syndicat des paramédicaux est entré en grève après un préavis donné deux semaines auparavant.

Cette décision fait suite à leurs revendications laissées sans suites après une année de négociations avec le ministère de la Santé publique et avec la présidence de la transition. Ainsi, les paramédicaux ont effectué un arrêt de travail de deux jours. Ils se sont donné rendez-vous devant la porte principale de l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) brandissant des panneaux portant l’inscription : « tanteraho ny fifanarahana grille=1200 ». En effet, suite à leur mouvement de grève de 2009, le syndicat et l’association nationale des paramédicaux ont obtenu gain de cause à travers la publication d’un arrêté ministériel sur la nouvelle grille indiciaire des paramédicaux (infirmiers et sages-femmes). Dans cette nouvelle grille, la valeur indiciaire est fixée à 1.200 si elle était à 650 auparavant. Le décret a été signé en 2010 mais il n’est pas encore appliqué à l’heure actuelle, d’où leur mouvement de contestation.

L’absence des paramédicaux dans les services de radiologie et des urgences a eu des répercussions auprès des patients. Pendant la journée « chômée », on a aperçu des malades faisant des va-et-vient dans les salles d’attente et en dehors de l’hôpital, leur sérum accroché au bras. Encore plus désolant, une piétonne heurtée par un taxi et emmenée d’urgence à l’hôpital par le chauffeur, n’a pas pu recevoir les soins adéquats. Faute de responsable, elle a dû être transférée dans un hôpital privé.

Les médecins sont obligés de faire les travaux incombant aux infirmiers. Les stagiaires en médecine, ont dû prêter main-forte aux médecins pour s’occuper des malades aux urgences. Cette situation est dénoncée par le syndicat des paramédicaux : les paramédicaux ne sont pas responsable s’il arrive malheur aux patients pris en charge par des élèves-stagiaires. Les paramédicaux n’ont-ils pas prêté le serment d’Hippocrate les liant à des obligations légales, morales et éthiques vis-à-vis des patients ? Pour éviter la panique, ils reprendront leurs services par contre, ils donnent à l’Etat 48 h pour trouver une solution.

 






 
 

 
drapeau malagasy

Edito : Gouverner un pays une tache pas si facile

Les générations et les années se succèdent, les présidents et les gouvernements aussi. Certains arrivent au pouvoir par la voie des urnes de manière plus ou moins transparente, et d’autres s’octroient le pouvo...
by Madahoax
0

 
 
29MARS

Edito : Le 29 Mars 1947 dites-vous ?

Ces derniers temps, quand on tape le mot Madagascar sur un moteur de recherche, on ne manque pas de tomber sur les articles de presse concernant un couple de français tués à Madagascar, avec les circonstances relatées et le...
by R Jocelyn
1

 

 
Onitiana Realy

Edito : Andry Rajoelina en campagne ?

Andry Rajoelina était le dernier invité du zoma, l’émission de Onitiana Realy sur TVplus avant la trêve pascale. Le talkshow le plus suivi par les malagasy que ça soit en direct ou sur le net. L’edito de cette ...
by Madahoax
2

 
 
Après le passage du cyclone Giovanna

Edito : L'homme et sa communauté

Il est souvent admis que l’individu ne peut s’épanouir sans sa communauté, et inversement. Cette dualité entre l’individualisme et le communautarisme est souvent mis en exergue et généralement elle est la...
by Madahoax
0

 




One Comment


  1. Slt tsik reetr e! ‘ty ndray ny video ny tolona vaovao e!



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *