Actualité

6 juin 2012

Les communautés locales de base prennent leur avenir en main

More articles by »
Written by: Madahoax
Étiquettes : , ,
CLB

La protection des ressources naturelles renouvelables a plus de chance de réussir si on inclut la population locale dans le processus. Les communautés locales de bases (CLB) ou Vondron’olona ifotony (VOI) s’impliquent plus que jamais dans la préservation et la protection de leur milieu. La VOI Anja Miray est souvent citée en exemple. Située à une dizaine de kilomètre d’Ambalavao Fianarantsoa, la commune rurale a été prise en main par l’association. Les membres de la VOI ont réussi à transformer leur commune en destination touristique et les habitants ont pu générer des ressources financières et améliorer leurs conditions de vie. Des écoles ont été crées ainsi que d’autres infrastructures en tirant des bénéfices de l’activité touristique, en mettant en avant les ressources naturelles de la commune.

Il existe actuellement 482 VOI à Madagascar. Elles ont mis en place un réseau pour gagner en force de proposition auprès des bailleurs et de l’autorité. Pour que la gestion des ressources par les VOI soit couronnée de succès, les communautés locales de base doivent bénéficier d’appuis techniques et financiers correspondants aux besoins réels de la population. Bon nombre de projets ont été abandonnés du fait que les bailleurs imposaient des projets non adaptés aux communes. Par exemple, un projet impose à une VOI de développer la culture du maïs parce que c’est ce qui est inscrit dans le programme du bailleur, alors que les membres de la VOI sont plus habitués et expérimenté dans l’élevage de volailles. Les VOI demandent également des bailleurs un suivi régulier et sérieux. Par exemple, une autre VOI a été formée pour cultiver de la vanille. Le bailleur est parti avant d’avoir appris aux paysans comment récolter et traiter les produits. Depuis, les villageois se retrouvent avec des plants de vanille et ne savent pas quoi en faire.

Le regroupement des VOI dénonce également son impuissance face aux trafiquants illicites. Les VOI ne sont pas reconnues par les autorités publiques. Lorsqu’elles dénoncent la présence d’exploitants illicites détruisant les ressources naturelles dans leurs communes, les forces de l’ordre ne réagissent pas. Menacés par les  trafiquants, les membres des VOI ne peuvent que se rétracter. Certains villageois sont découragés et cèdent à la tentation en rejoignant les rangs des exploitants illicites. Le message des VOI a été reçu par la représentante résidente des Nations Unies. Les bailleurs vont rectifier le tir et s’appuyer dorénavant  sur les communautés locales de base.

 

 






 
 

 
drapeau malagasy

Edito : Gouverner un pays une tache pas si facile

Les générations et les années se succèdent, les présidents et les gouvernements aussi. Certains arrivent au pouvoir par la voie des urnes de manière plus ou moins transparente, et d’autres s’octroient le pouvo...
by Madahoax
0

 
 
29MARS

Edito : Le 29 Mars 1947 dites-vous ?

Ces derniers temps, quand on tape le mot Madagascar sur un moteur de recherche, on ne manque pas de tomber sur les articles de presse concernant un couple de français tués à Madagascar, avec les circonstances relatées et le...
by R Jocelyn
1

 

 
Onitiana Realy

Edito : Andry Rajoelina en campagne ?

Andry Rajoelina était le dernier invité du zoma, l’émission de Onitiana Realy sur TVplus avant la trêve pascale. Le talkshow le plus suivi par les malagasy que ça soit en direct ou sur le net. L’edito de cette ...
by Madahoax
2

 
 
Après le passage du cyclone Giovanna

Edito : L'homme et sa communauté

Il est souvent admis que l’individu ne peut s’épanouir sans sa communauté, et inversement. Cette dualité entre l’individualisme et le communautarisme est souvent mis en exergue et généralement elle est la...
by Madahoax
0

 




0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *