Actualité

9 mars 2012

Le SECES persiste, il veut des sous.

More articles by »
Written by: Madahoax
Étiquettes : ,
seces

A l’issue de la rencontre du conseil de gouvernement, il a été décidé que les 50% du montant total des indemnités pour les heures complémentaires du syndicat des enseignants-chercheurs de l’enseignement supérieur seront décaissés d’ici peu. Ce qui équivaut à 4 milliards d’Ariary. Mais encore, les indemnités de recherche d’un montant mensuel de 650 000Ar seront également effectives. Le montant total des dites indemnités mensuelles s’élève à 3.7milliards d’Ariary.

Une telle proposition ne suffit pas au SECES. Loin de là. Réunis en assemblée générale nos enseignants chercheurs ont décidé qu’il n’y aura pas de reprise de cours. Le président du SECES, Simon Richard Rakotondrainibe, a affirmé que : « Malgré les promesses de la présidence de l’Université d’Antananarivo, nous ne reprendrons pas les cours si nous n’obtenons pas de réponse favorable à toutes nos revendications ». Ces revendications tournent autour de trois points, lesquels concernent les indemnités de recherches, indemnités de risques et le déplafonnement (classe exceptionnelle au lieu de la première classe, quatrième échelon).

Revendications prévues par trois décrets datant depuis 2009, le SECES insiste sur l’intégralité de leur application. Il n’y pas de  marchandages possible. Les universités au sein des ex-provinces ont l’intention de reprendre les cours et en finir une fois pour toutes avec l’année  2010-2011. La seule université récalcitrante reste celle d’Antananarivo. Selon la présidente du SECES section Antananarivo, Fidèle Raharimalala, le syndicat ne nie pas l’éventualité d’une probable année blanche. Il en rejette la faute sur le gouvernement qui refuse de satisfaire leurs revendications. Pour enfoncer le clou, la Présidente ajoute qu’il est matériellement impossible d’achever les cours en l’état actuel des choses.

A la fois angoissés et tourmentés, les étudiants menacent de faire une manifestation pour pouvoir retourner en salle. Les parents s’inquiètent de l’avenir de leurs enfants. Ainsi va la vie universitaire.  






 
 

 
drapeau malagasy

Edito : Gouverner un pays une tache pas si facile

Les générations et les années se succèdent, les présidents et les gouvernements aussi. Certains arrivent au pouvoir par la voie des urnes de manière plus ou moins transparente, et d’autres s’octroient le pouvo...
by Madahoax
0

 
 
29MARS

Edito : Le 29 Mars 1947 dites-vous ?

Ces derniers temps, quand on tape le mot Madagascar sur un moteur de recherche, on ne manque pas de tomber sur les articles de presse concernant un couple de français tués à Madagascar, avec les circonstances relatées et le...
by R Jocelyn
1

 

 
Onitiana Realy

Edito : Andry Rajoelina en campagne ?

Andry Rajoelina était le dernier invité du zoma, l’émission de Onitiana Realy sur TVplus avant la trêve pascale. Le talkshow le plus suivi par les malagasy que ça soit en direct ou sur le net. L’edito de cette ...
by Madahoax
2

 
 
Après le passage du cyclone Giovanna

Edito : L'homme et sa communauté

Il est souvent admis que l’individu ne peut s’épanouir sans sa communauté, et inversement. Cette dualité entre l’individualisme et le communautarisme est souvent mis en exergue et généralement elle est la...
by Madahoax
0

 




0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *