Actualité

18 janvier 2012

Le parc National de Ranomafana menacé par des exploitants illicites d'or

More articles by »
Written by: Julia

D’après le Code des Aires Protégées (COAP), l’exploitation illicite dans un parc protégé classé patrimoine mondial est passible d’une peine de travaux forcés de 5 ans minimum. Les autorités locales demandent à ce que les peines soient appliquées sévèrement. Or le manque de moyens face aux contrebandiers est flagrant. Pour le cas du parc national de Ranomafana, les 40 responsables ont du mal à couvrir et surveiller les 42000 hectares du parc. Faute de budget, l’effectif des agents du parc ne peut pas être augmenté. En 2011, 25 000 touristes sont venus visiter le Parc de Ranomafana. Les retombées économiques sont appréciables pour l’organisme de gestion du parc, mais elles restent insuffisantes.

Plusieurs organismes œuvrent pour la promotion du site. L’augmentation du nombre de visiteurs permettrait d’embaucher plus d’agents de surveillance. Seulement 20% des visiteurs sont des malgaches, ce qui a incité l’ambassade américaine de Madagascar à cibler la population malgache lors des campagnes de promotion du site de Ranomafana. La situation du parc est critique.

Pendant les périodes coloniales, des carrières d’extraction d’or existaient au sein du parc. Depuis quelques années, des trafiquants sont revenus sur les lieux pour extraire de nouveau les ressources minières du site. Les arbres sont déracinés et le sable et les caillasses sont déposés sur les surfaces fertiles dégradant tout l’écosystème environnant. L’année dernière, 50 hectares de forêts ont été dégradés suite à ces extractions illicites d’or.

Des familles entières campent dans la forêt pour extraire l’or. Cela peut représenter jusqu’à un millier de personnes. Elles sont protégées par une cinquantaine d’hommes armés. L’or extrait du site se vend jusqu’à 100 000 Ariary (35€) le gramme, de quoi attirer les plus démunis. Une opération spéciale a été mise en place par les administrateurs du parc et les forces de l’ordre. La plupart des personnes arrêtées ont été des femmes et des enfants qui n’ont pas pu s’enfuir à temps. Ce genre d’opération a coûté 4 millions d’ariary et les responsables n’ont pas été arrêtés. Jusqu’à ce jour, les extractions illicites d’or continuent dans le parc national de Ranomafana.






 
 

 
Bila Tarabey signant son livre

Bilal Tarabey, Madagascar, dahalo

Enquête sur les bandits du Grand Sud. Voilà un petit livre qui est en réalité une petite fusée éclairante dans la littérature de l’Océan Indien. Sous-titré « récit » et signé par un jeune journaliste français d...
by Dominique Ranaivoson
1

 
 
La différence

Sur la route de Fianarantsoa

Fianarantsoa est l’une des grandes villes sur la route vers le sud de Madagascar. Elle se trouve dans la région Betsileo avec une population tout aussi accueillant et souriant. Voici quelques images pour vous donner envi...
by Madahoax
0

 

 

Morengy la boxe malagasy

Vous connaissez certainement la boxe anglaise, française ou thaïlandaise. Mais connaissez vous la boxe Malagasy, le Morengy ? Il est vrai que ce sport n’est pas très répandu dans l’ile et pour cause, il resemb...
by Madahoax
1

 
 

Emission de la Radio RDJ

La radio RDJ, innove en mettant en ligne ses émissions cultes. Il est possible de les écouter en différé. La cible de la radio sont les jeunes mais ses émissions sont vraiment tout public. On y retrouve de l’humour, ...
by Madahoax
1

 

 

Etudiants et dahalo, tous dans le même panier pour les forces de l’ordre

Des forces de l’ordre lourdement équipées, déployées en plusieurs unités, toutes en position de combat et prêtes à lancer l’offensive, c’est une image qui revient et qui ne choque plus les malgaches. S’agit il d...
by Madahoax
0

 



0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *