Actualité

24 février 2012

Le nouveau président du SECES persiste dans la poursuite des exigences des enseignants.

More articles by »
Written by: Madahoax

Une manifestation des syndicats des enseignants-chercheurs s’est tenue, hier, à l’esplanade d’Ankatso pour réclamer pour la énième fois l’exécution des trois décrets revendiqués. Mais le déclencheur immédiat de cet attroupement semble porter sur le refus de dernière minute des indemnités réclamés par le SECES.

Lors du congrès national du Syndicat des Enseignants Chercheurs de l’Enseignement Supérieur, le nouveau président, Simon Richard Rakotondraibe a été élu à 95% des votes. Outre les questions soulevées pendant leur congrès, à savoir  l’exécution des trois décrets revendiqués, ils ont  suggéré  qu’une révision soit faite sur la conduite de la politique nationale de l’éducation à Madagascar.

Une commission nationale de l’éducation et de la Recherche devra être mise en place. A cet effet, le nouveau président a repris la lutte déjà entamée par son prédécesseur. D’après le syndicat du SECES, l’entente a failli aboutir quand ils ont reçu leur avis de crédit faisant état d’un ordre de virement bancaire de la somme de plus de 1 579 000 Ar (somme allouée à un enseignant-chercheur). Selon leurs dires, le virement a été annulé à la dernière minute par le Ministère des Finances et du Budget. Ils se sont par la suite mobilisés afin de montrer leur mécontentement. Ils ont réclamé le limogeage du ministre des finances au cours d’une marche collective, banderoles au vent. Les étudiants de leur côté ont été à nouveau déçus car  les cours à l’université avaient connu un début de reprise leur laissant entrevoir une lueur d’espoir. Otages d’une confrontation qui les dépassent et dont ils sont les seuls à subir les contrecoups, les étudiants se résignent à accepter leur impuissance.

En tout cas, une éventuelle année blanche n’a pas été soufflée dans les coulisses. La promesse du secrétaire général de l’enseignement supérieur, André Totohasina, de trouver les solutions à cette impasse devrait encourager les malheureux étudiants, principaux victimes dans l’histoire.






 
 

 
Bila Tarabey signant son livre

Bilal Tarabey, Madagascar, dahalo

Enquête sur les bandits du Grand Sud. Voilà un petit livre qui est en réalité une petite fusée éclairante dans la littérature de l’Océan Indien. Sous-titré « récit » et signé par un jeune journaliste français d...
by Dominique Ranaivoson
1

 
 

Etudiants et dahalo, tous dans le même panier pour les forces de l’ordre

Des forces de l’ordre lourdement équipées, déployées en plusieurs unités, toutes en position de combat et prêtes à lancer l’offensive, c’est une image qui revient et qui ne choque plus les malgaches. S’agit il d...
by Madahoax
0

 

 

Le premier tour des élections présidentielles pour le 8 mai 2013

La crise prendra fin dans neuf mois. Le CENITa publié de manière très officielle le calendrier électoral conformément à l’esprit de la feuille de route. Le premier tour des élections présidentielles se tiendra le 8 ma...
by Madahoax
0

 
 

Où sont vos casques?

Une scène qui ne choque pas ou du moins qui ne choque plus : au milieu des embouteillages, entre camions, 4×4, taxis, taxis be et charrettes, des scooters et des motos se faufilent et profitent du moindre centimètre car...
by Madahoax
0

 

 

Le ministre de la Population veut imposer l’inscription de « ses » candidats à l’ENAM

Pour beaucoup, l’ENAM (Ecole Nationale d’Administration de Madagascar) représente la voie royale pour accéder aux plus hauts emplois de l’Etat. Créé en 1960, l’école publique était rattachée à l’Université de...
by Madahoax
0

 



0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *