Business

19 décembre 2011

Business : Le miel, une filière pleine d’avenir

More articles by »
Written by: Madahoax
Étiquettes : ,
miel

Madagascar produit environ 4000 tonnes de miel chaque année. Les principales zones de production sont : le nord ouest (Befandriana nord, Antsohihy, Mahajanga, Morondava) , la côte est et les hauts plateaux (Manjakandriana, axe sud d’Ambositra Fianarantsoa). Les produits du nord ouest et de la côte est sont principalement des produits de cueillette, consistant à aller à la recherche des essaims sauvages pour en extraire le miel. Pour des raisons de qualité insuffisantes, Madagascar a été interdit d’exportation de miel depuis 1950. Les petites quantités envoyées à l’extérieur, l’ont été à titre d’essai et d’échantillons.

Beaucoup d’efforts ont été menés pour améliorer la filière : mode de production, mode d’extraction, législation, normes, formation des apiculteurs, modernisation des ruches…Dans ce cadre, l’Union Mamy s’est formé et regroupe plus de 350 apiculteurs du district d’Ambositra. Membre de la fédération des apiculteurs de Madagascar, l’Union Mamy a bénéficié du soutient financier du Fonds Canadien d’Initiative Locale et de l’accompagnement technique du CITE. L’Union Mamy commercialise désormais du miel d’eucalyptus de qualité répondant aux normes d’hygiène internationales. 12 tonnes de miel sont produits chaque année. Ceci peut paraître dérisoire par rapport à la production nationale, mais ces apiculteurs ont choisi de produire en qualité plutôt qu’en quantité.

La démarche de ce groupement d’apiculteurs a été centrée sur la structuration des acteurs de la filière, l’information et la sensibilisation des consommateurs, marketing et promotion des produits apicoles sur le marché national puis international. En effet, l’Union Européenne a levé l’embargo sur le miel malgache en fin octobre 2011. L’Union Mamy espère percer le marché européen. Avec son miel labellisé et le respect des normes de production et d’élevage, l’union vise le certificat  consommable pour pouvoir se positionner sur le marché des « produits naturellement consommable ».

Le miel peut désormais s’exporter sous réserve de respect des normes d’hygiène et de production en vigueur. Seulement, la recrudescence des  feux de brousse et la déforestation restent les principales menaces de l’apiculture. Des négociations sont en cours pour la dotation de terrains de reboisement par les municipalités rurales et surtout pour la sensibilisation de  la population sur l’importance de la sauvegarde de l’environnement.






 
 

 
drapeau malagasy

Edito : Gouverner un pays une tache pas si facile

Les générations et les années se succèdent, les présidents et les gouvernements aussi. Certains arrivent au pouvoir par la voie des urnes de manière plus ou moins transparente, et d’autres s’octroient le pouvo...
by Madahoax
0

 
 
29MARS

Edito : Le 29 Mars 1947 dites-vous ?

Ces derniers temps, quand on tape le mot Madagascar sur un moteur de recherche, on ne manque pas de tomber sur les articles de presse concernant un couple de français tués à Madagascar, avec les circonstances relatées et le...
by R Jocelyn
1

 

 
Onitiana Realy

Edito : Andry Rajoelina en campagne ?

Andry Rajoelina était le dernier invité du zoma, l’émission de Onitiana Realy sur TVplus avant la trêve pascale. Le talkshow le plus suivi par les malagasy que ça soit en direct ou sur le net. L’edito de cette ...
by Madahoax
2

 
 
Après le passage du cyclone Giovanna

Edito : L'homme et sa communauté

Il est souvent admis que l’individu ne peut s’épanouir sans sa communauté, et inversement. Cette dualité entre l’individualisme et le communautarisme est souvent mis en exergue et généralement elle est la...
by Madahoax
0

 




One Comment


  1. FrançoisCarré

    Bonjour,

    Merci de votre texte faisant état des situations antérieures et du présent sur Madagascar, c’est le plus objectif de ce que j’ai trouvé jusqu’à maintenant.

    Je me suis impliqué au sein d’une coopéraive en démarrage et je puis dire qu’une évolution me parait difficile, tant sur le plan de la promotion de l’hygiène et de la gestion des abeilles.

    En retrait, je me suis installé une véritable petit rucher de recherche à Sambava afin de mieux situer les différences de comportement avec les abeiles européennes . . . Et, il y en a.

    Bien cordialement,

    François Carré



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *