Actualité

24 avril 2012

Le groupe Tiko envisage de relancer sa production.

More articles by »
Written by: Madahoax
Étiquettes : ,
réouverture du groupe tiko

2009 est une année qui a laissé des souvenirs sombres au groupe Tiko, appartenant à l’ancien président de la République. Pillage, incendie de tous les locaux commerciaux… au prix de stopper toute la production. Conséquences, plus d’un millier de chômeurs, et alourdissement des dettes de la société. Et au lot de détresse, s’ajoute l’application de la procédure de recouvrement forcé par la direction générale des impôts.

En réponse, selon le représentant de la société, Bruno Randriarison, « l’ancien » DG de Tiko Antananarivo, aucun  paiement de dettes ne sera effectué, qu’après l’ouverture du compte affaires qui retiendra les dommages subis. Entre autres, les dommages causé par la minuterie Mana, les centres commerciaux Magro, la société de BTP Alma. « Ces dédommagements couvriront aussi bien les dégâts matériels, les marchandises bloquées au port de Toamasina que les manques à gagner de l’entreprise », poursuit-il. Pour remarque, le responsable prétend que l’estimation de ces dommages est supérieure au montant des impôts réclamés par le fisc. Le contentieux est en cours actuellement.

Pour rappel des faits, en 2009, les autorités de facto se sont emparés des usines Mana et l’huilerie Top 2. Après de longues batailles judiciaires, une ordonnance a ordonné la restitution de ses usines au groupe Tiko ainsi que l’ouverture d’un compte affaire. Mais au début de l’année 2010, le ministre de la justice a suspendu l’application de l’ordonnance au motif d’entrave à l’ordre public. Après un recours à la Cour d’Appel, le groupe a eu gain de cause mais la même histoire de soi-disant raison d’ordre public est remise sur le tapis. Une situation qui n’a guère évolué, selon le DG de Tiko Antananarivo. Pour le recouvrement des taxes douanières, la direction du groupe Tiko approuve les montants avancés par la direction générale des douanes, avec toutefois des négociations sur les frais de magasinage réclamés par le port par rapport aux conteneurs bloqués. La seule solution est, d’après le responsable, de rouvrir les unités de production et à l’Etat de lui faciliter la tâche.

Une lueur d’espoir pour les malagasy qui plaignent non seulement de la cherté des PPN mais aussi de leur qualité. Les huiles de consommation sont les plus visées.

 






 
 

 
drapeau malagasy

Edito : Gouverner un pays une tache pas si facile

Les générations et les années se succèdent, les présidents et les gouvernements aussi. Certains arrivent au pouvoir par la voie des urnes de manière plus ou moins transparente, et d’autres s’octroient le pouvo...
by Madahoax
0

 
 
29MARS

Edito : Le 29 Mars 1947 dites-vous ?

Ces derniers temps, quand on tape le mot Madagascar sur un moteur de recherche, on ne manque pas de tomber sur les articles de presse concernant un couple de français tués à Madagascar, avec les circonstances relatées et le...
by R Jocelyn
1

 

 
Onitiana Realy

Edito : Andry Rajoelina en campagne ?

Andry Rajoelina était le dernier invité du zoma, l’émission de Onitiana Realy sur TVplus avant la trêve pascale. Le talkshow le plus suivi par les malagasy que ça soit en direct ou sur le net. L’edito de cette ...
by Madahoax
2

 
 
Après le passage du cyclone Giovanna

Edito : L'homme et sa communauté

Il est souvent admis que l’individu ne peut s’épanouir sans sa communauté, et inversement. Cette dualité entre l’individualisme et le communautarisme est souvent mis en exergue et généralement elle est la...
by Madahoax
0

 




0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *