Actualité

5 janvier 2012

La prise d'otage, une pratique devenue à la mode

More articles by »
Written by: Julia

Lorsque l’application de la loi se fait de façon laxiste et que la population décide de faire sa propre justice, la distinction entre le bien et le mal devient de plus en plus floue. A Tuléar, la prise d’otage est devenue une pratique à la mode dès qu’il y a un mouvement de contestation et de revendication. Même si on peut comprendre facilement la légitimité des revendications, il ne faut pas oublier que la séquestration reste un délit.Les manifestants ont souvent recours à la séquestration lorsque leurs demandent aboutissent à une impasse. C’est hélas devenu une habitude à Tuléar. En 2010, des jeunes en bande surnommés les « Bagdad » ont séquestré le notable Jeannot Roberval pour manifester leur mécontentement suite à la mise sous mandat de dépôt de leurs amis. Jeannot Roberval a été traîné à travers les rues de la ville jusqu’à son lieu de détention sans qu’aucune force de l’ordre n’intervienne. Ce dernier a été libéré après des pourparlers avec les notables de la ville.

En août 2011, des étudiants entrent en grève. Pour se faire entendre, ils durcissent leur mouvement et séquestrent trois employés du bureau de l’université, dont le directeur administratif et financier. Ces derniers ont été traînés le long de l’avenue Monja Jaona avant d’être enfermé au campus de Maninday. Au total 9 personnes auront été séquestrées. Elles ont été libérées au bout de 72 heures après des négociations entre les notables de la ville, les autorités locales et les représentants des étudiants. Il a été décidé que les auteurs des séquestrations ne seront pas poursuivis en justice.

A la fin de l’année 2011, des policiers armés ont pris en otage un substitut du Procureur pour exiger la libération immédiate de leur collègue condamné à cinq ans de prisons pour avoir vendu son arme à des malfaiteurs. Ce mouvement de contestation a entraîné la mort du magistrat. Le syndicat des magistrats a lancé un mouvement de grève et exigé la démission du ministre de la sécurité intérieure. Pour éviter que la situation ne se détériore, la loi a finalement été appliquée et cinq policiers ont été mis sous mandat de dépôt. Il n’est plus question de laisser les gens commettre impunément des délits au risque d’en faire une pratique nationale…






 
 

 
Bila Tarabey signant son livre

Bilal Tarabey, Madagascar, dahalo

Enquête sur les bandits du Grand Sud. Voilà un petit livre qui est en réalité une petite fusée éclairante dans la littérature de l’Océan Indien. Sous-titré « récit » et signé par un jeune journaliste français d...
by Dominique Ranaivoson
1

 
 

Etudiants et dahalo, tous dans le même panier pour les forces de l’ordre

Des forces de l’ordre lourdement équipées, déployées en plusieurs unités, toutes en position de combat et prêtes à lancer l’offensive, c’est une image qui revient et qui ne choque plus les malgaches. S’agit il d...
by Madahoax
0

 

 

Le premier tour des élections présidentielles pour le 8 mai 2013

La crise prendra fin dans neuf mois. Le CENITa publié de manière très officielle le calendrier électoral conformément à l’esprit de la feuille de route. Le premier tour des élections présidentielles se tiendra le 8 ma...
by Madahoax
0

 
 

Où sont vos casques?

Une scène qui ne choque pas ou du moins qui ne choque plus : au milieu des embouteillages, entre camions, 4×4, taxis, taxis be et charrettes, des scooters et des motos se faufilent et profitent du moindre centimètre car...
by Madahoax
0

 

 

Le ministre de la Population veut imposer l’inscription de « ses » candidats à l’ENAM

Pour beaucoup, l’ENAM (Ecole Nationale d’Administration de Madagascar) représente la voie royale pour accéder aux plus hauts emplois de l’Etat. Créé en 1960, l’école publique était rattachée à l’Université de...
by Madahoax
0

 



0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *