Actualité

5 janvier 2012

La prise d'otage, une pratique devenue à la mode

More articles by »
Written by: Julia

Lorsque l’application de la loi se fait de façon laxiste et que la population décide de faire sa propre justice, la distinction entre le bien et le mal devient de plus en plus floue. A Tuléar, la prise d’otage est devenue une pratique à la mode dès qu’il y a un mouvement de contestation et de revendication. Même si on peut comprendre facilement la légitimité des revendications, il ne faut pas oublier que la séquestration reste un délit.Les manifestants ont souvent recours à la séquestration lorsque leurs demandent aboutissent à une impasse. C’est hélas devenu une habitude à Tuléar. En 2010, des jeunes en bande surnommés les « Bagdad » ont séquestré le notable Jeannot Roberval pour manifester leur mécontentement suite à la mise sous mandat de dépôt de leurs amis. Jeannot Roberval a été traîné à travers les rues de la ville jusqu’à son lieu de détention sans qu’aucune force de l’ordre n’intervienne. Ce dernier a été libéré après des pourparlers avec les notables de la ville.

En août 2011, des étudiants entrent en grève. Pour se faire entendre, ils durcissent leur mouvement et séquestrent trois employés du bureau de l’université, dont le directeur administratif et financier. Ces derniers ont été traînés le long de l’avenue Monja Jaona avant d’être enfermé au campus de Maninday. Au total 9 personnes auront été séquestrées. Elles ont été libérées au bout de 72 heures après des négociations entre les notables de la ville, les autorités locales et les représentants des étudiants. Il a été décidé que les auteurs des séquestrations ne seront pas poursuivis en justice.

A la fin de l’année 2011, des policiers armés ont pris en otage un substitut du Procureur pour exiger la libération immédiate de leur collègue condamné à cinq ans de prisons pour avoir vendu son arme à des malfaiteurs. Ce mouvement de contestation a entraîné la mort du magistrat. Le syndicat des magistrats a lancé un mouvement de grève et exigé la démission du ministre de la sécurité intérieure. Pour éviter que la situation ne se détériore, la loi a finalement été appliquée et cinq policiers ont été mis sous mandat de dépôt. Il n’est plus question de laisser les gens commettre impunément des délits au risque d’en faire une pratique nationale…






 
 

 
drapeau malagasy

Edito : Gouverner un pays une tache pas si facile

Les générations et les années se succèdent, les présidents et les gouvernements aussi. Certains arrivent au pouvoir par la voie des urnes de manière plus ou moins transparente, et d’autres s’octroient le pouvo...
by Madahoax
0

 
 
29MARS

Edito : Le 29 Mars 1947 dites-vous ?

Ces derniers temps, quand on tape le mot Madagascar sur un moteur de recherche, on ne manque pas de tomber sur les articles de presse concernant un couple de français tués à Madagascar, avec les circonstances relatées et le...
by R Jocelyn
1

 

 
Onitiana Realy

Edito : Andry Rajoelina en campagne ?

Andry Rajoelina était le dernier invité du zoma, l’émission de Onitiana Realy sur TVplus avant la trêve pascale. Le talkshow le plus suivi par les malagasy que ça soit en direct ou sur le net. L’edito de cette ...
by Madahoax
2

 
 
Après le passage du cyclone Giovanna

Edito : L'homme et sa communauté

Il est souvent admis que l’individu ne peut s’épanouir sans sa communauté, et inversement. Cette dualité entre l’individualisme et le communautarisme est souvent mis en exergue et généralement elle est la...
by Madahoax
0

 




0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *