Actualité

16 juillet 2012

La culture sur brûlis à l’origine de la destruction des forêts

More articles by »
Written by: Madahoax
Étiquettes : , ,
tavy

En l’espace d’une décennie, plus de 30 000 ha de la forêt de Ranobe dans l’Atsimo Andrefana sont partis en fumée, soit l’équivalent de 28 700 terrains de football. Ces chiffres ont été communiqués par la WWF. Le spectacle est encore plus désolant lorsque l’on étudie les clichés aériens pris par l’organisation internationale. La culture sur brûlis est la principale cause de la destruction de l’environnement.

Le tavy (culture sur brûlis) est une technique agricole primitive qui consiste à brûler la forêt pour créer un champ. La population peut ainsi tirer parti de la richesse en humus des sols en ensemençant la parcelle défrichée. Après 3 ou 4 ans, le sol n’est plus fertile et les villageois sont obligés de brûler d’autres parcelles de forêt pour continuer à planter. Il faut compter au moins 20 ans entre deux défriches pour que la forêt puisse se régénérer. Avec la pression démographique des populations concernées, il arrive qu’une parcelle soit de nouveau défrichée au bout d’une dizaine d’année. Le sol est encore moins fertile et s’appauvrit pour finalement empêcher toute forêt de repousser.

Outre les dégâts environnementaux, la vie de la population locale est également menacée. Les ressources tirées de la forêt sont nombreuses. Le bois est utilisé pour construire des maisons et des pirogues. Le gibier constitue une source de protéine importante. Les fruits, le miel et les plantes médicinales contribuent à la vie de la population. En détruisant la forêt, la population est en train de tuer ce qui la fait vivre. Les eaux de pluie emportent les terres fertiles et se déversent dans les cours d’eau. La boue se déverse sur les récifs de corail et empêche les poissons de se reproduire. La sécurité alimentaire des populations locales est sérieusement menacée.

Les opérations de sensibilisation menées par la WWF se concentrent sur la conscientisation de la population sur l’imminence de la destruction de la forêt. La superficie de la forêt de Ranobe est passée de 88 000 ha à 57 000 ha. Si rien n’est fait, elle disparaîtra en moins d’une décennie.






 
 

 
Bila Tarabey signant son livre

Bilal Tarabey, Madagascar, dahalo

Enquête sur les bandits du Grand Sud. Voilà un petit livre qui est en réalité une petite fusée éclairante dans la littérature de l’Océan Indien. Sous-titré « récit » et signé par un jeune journaliste français d...
by Dominique Ranaivoson
1

 
 
militaires et etudiants

Etudiants et dahalo, tous dans le même panier pour les forces de l’ordre

Des forces de l’ordre lourdement équipées, déployées en plusieurs unités, toutes en position de combat et prêtes à lancer l’offensive, c’est une image qui revient et qui ne choque plus les malgaches. S’agit il d...
by Madahoax
0

 

 
cenit

Le premier tour des élections présidentielles pour le 8 mai 2013

La crise prendra fin dans neuf mois. Le CENITa publié de manière très officielle le calendrier électoral conformément à l’esprit de la feuille de route. Le premier tour des élections présidentielles se tiendra le 8 ma...
by Madahoax
0

 
 
moto

Où sont vos casques?

Une scène qui ne choque pas ou du moins qui ne choque plus : au milieu des embouteillages, entre camions, 4×4, taxis, taxis be et charrettes, des scooters et des motos se faufilent et profitent du moindre centimètre car...
by Madahoax
0

 

 
enam

Le ministre de la Population veut imposer l’inscription de « ses » candidats à l’ENAM

Pour beaucoup, l’ENAM (Ecole Nationale d’Administration de Madagascar) représente la voie royale pour accéder aux plus hauts emplois de l’Etat. Créé en 1960, l’école publique était rattachée à l’Université de...
by Madahoax
0

 



0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *