Actualité

16 juillet 2012

La culture sur brûlis à l’origine de la destruction des forêts

More articles by »
Written by: Madahoax
Étiquettes : , ,

En l’espace d’une décennie, plus de 30 000 ha de la forêt de Ranobe dans l’Atsimo Andrefana sont partis en fumée, soit l’équivalent de 28 700 terrains de football. Ces chiffres ont été communiqués par la WWF. Le spectacle est encore plus désolant lorsque l’on étudie les clichés aériens pris par l’organisation internationale. La culture sur brûlis est la principale cause de la destruction de l’environnement.

Le tavy (culture sur brûlis) est une technique agricole primitive qui consiste à brûler la forêt pour créer un champ. La population peut ainsi tirer parti de la richesse en humus des sols en ensemençant la parcelle défrichée. Après 3 ou 4 ans, le sol n’est plus fertile et les villageois sont obligés de brûler d’autres parcelles de forêt pour continuer à planter. Il faut compter au moins 20 ans entre deux défriches pour que la forêt puisse se régénérer. Avec la pression démographique des populations concernées, il arrive qu’une parcelle soit de nouveau défrichée au bout d’une dizaine d’année. Le sol est encore moins fertile et s’appauvrit pour finalement empêcher toute forêt de repousser.

Outre les dégâts environnementaux, la vie de la population locale est également menacée. Les ressources tirées de la forêt sont nombreuses. Le bois est utilisé pour construire des maisons et des pirogues. Le gibier constitue une source de protéine importante. Les fruits, le miel et les plantes médicinales contribuent à la vie de la population. En détruisant la forêt, la population est en train de tuer ce qui la fait vivre. Les eaux de pluie emportent les terres fertiles et se déversent dans les cours d’eau. La boue se déverse sur les récifs de corail et empêche les poissons de se reproduire. La sécurité alimentaire des populations locales est sérieusement menacée.

Les opérations de sensibilisation menées par la WWF se concentrent sur la conscientisation de la population sur l’imminence de la destruction de la forêt. La superficie de la forêt de Ranobe est passée de 88 000 ha à 57 000 ha. Si rien n’est fait, elle disparaîtra en moins d’une décennie.






 
 

 

Des chercheurs malgaches au Texas

Un diplôme délivré par une université malgache n’est pas forcément un handicap, loin de là ! Une fois que l’étudiant a réussi à passer les écueils des grèves à répétitions et ne s’est pas découragé par le...
by Madahoax
0

 
 

Madagascar : un pays minier ou un pays touristique ?

 Les opérateurs touristiques se bougent pour promouvoir la destination de la grande île. Pourtant depuis quelques années sa faune et sa flore sont en danger.  La sortie du rapport Planète vivante 2012 par la WWF a fait sa...
by Madahoax
0

 

 

« Tsiperifery », une épice endémique en danger

Le tsiperifery est une  épice sauvage qui fait depuis quelque temps l’objet de transformation, souvent artisanale, mais elle est aussi de plus en plus appréciée sur le marché local, notamment dans la capitale qu’elle s...
by Madahoax
 

 
 

Environnement : Ruée vers le saphir bleu

Une nouvelle carrière a été repérée récemment à Ambohibe Didy, plus précisément dans les périmètres de la réserve naturelle d’Ankeniheny-Zahamena. Cependant, se trouvant totalement dans une situation informelle, l...
by Madahoax
0

 

 

Le ministre de l’Environnement évincé !

Concocté en silence depuis quelques jours dans les  coulisses, le limogeage du ministre de l’Environnement et des forêts, Joseph Randriamiarisoa, a été officiellement annoncé dans un communiqué de la Présidence. Provi...
by Madahoax
0

 



0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *