Actualité

6 avril 2012

Insécurité dans l’Ihorombe : facteur de blocage pour les producteurs

More articles by »
Written by: Madahoax
Étiquettes : , ,
dahalo

Ihorombe est l’une des 22 régions de la Grande île à subir la persécution des « dahalo ». L’insécurité reste le principal élément de blocage de la production agricole dans l’Ihorombe, alors que cette localité peut assurer potentiellement la promotion d’une croissance économique en matière d’agriculture et d’élevage. Les paysans agriculteurs ne peuvent se permettre de pratiquer leurs activités en toute quiétude à cause du climat d’insécurité perpétré par les brigands. Même si la volonté de produire et de vivre de l’agriculture est présente, les agriculteurs ne peuvent en faire autrement. Les bandits ne se contentent plus de voler les zébus, ils vont jusqu’à tuer les paysans.

Pour la Région d’Ihorombe la promotion de la production agricole, notamment par le marketing de l’élevage bovin, peut constituer un levier économique non négligeable. En effet, la possession de zébu est d’une grande aide pour un paysan-producteur. A ce titre, il est utilisé dans l’accomplissement des différentes tâches agricoles (laboureur de champs…). Plus le nombre de têtes est élevé, plus le rendement est important. Ce qui conduit à augmenter les ressources des paysans.

Même si  certaines communes demeurent enclavées et ont du mal à acheminer leurs produits vers les autres régions et grandes villes avoisinantes, la population locale enregistre toutefois une production de riz assez satisfaisante. La commune d’Ambohikely en est la parfaite illustration. Comme l’économie de l’Ihorombe repose essentiellement sur le monde rural avec comme activités dominantes la riziculture, les cultures vivrières, les cultures industrielles, l’élevage des zébus, il faut tenir compte des aléas de la nature et du marché et également l’absence de moyens logistiques et d’infrastructure qui entraîne la baisse des prix des produits.

 Pour remédier aux problèmes, des programmes structurés doivent d’abord être entrepris par l’Etat : une bonne structure pour améliorer la production qui sera accompagnée d’une politique de sécurisation, faisant ainsi référence à la chasse au « dahalo ». Pour couronner le tout, une mise en place d’infrastructures de production et de transformation devrait être envisagée pour éviter le désenclavement physique et socio culturel des zones à forte potentialité.

 






 
 

 
drapeau malagasy

Edito : Gouverner un pays une tache pas si facile

Les générations et les années se succèdent, les présidents et les gouvernements aussi. Certains arrivent au pouvoir par la voie des urnes de manière plus ou moins transparente, et d’autres s’octroient le pouvo...
by Madahoax
0

 
 
29MARS

Edito : Le 29 Mars 1947 dites-vous ?

Ces derniers temps, quand on tape le mot Madagascar sur un moteur de recherche, on ne manque pas de tomber sur les articles de presse concernant un couple de français tués à Madagascar, avec les circonstances relatées et le...
by R Jocelyn
1

 

 
Onitiana Realy

Edito : Andry Rajoelina en campagne ?

Andry Rajoelina était le dernier invité du zoma, l’émission de Onitiana Realy sur TVplus avant la trêve pascale. Le talkshow le plus suivi par les malagasy que ça soit en direct ou sur le net. L’edito de cette ...
by Madahoax
2

 
 
Après le passage du cyclone Giovanna

Edito : L'homme et sa communauté

Il est souvent admis que l’individu ne peut s’épanouir sans sa communauté, et inversement. Cette dualité entre l’individualisme et le communautarisme est souvent mis en exergue et généralement elle est la...
by Madahoax
0

 




0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *