Actualité

6 avril 2012

Insécurité dans l’Ihorombe : facteur de blocage pour les producteurs

More articles by »
Written by: Madahoax
Étiquettes : , ,

Ihorombe est l’une des 22 régions de la Grande île à subir la persécution des « dahalo ». L’insécurité reste le principal élément de blocage de la production agricole dans l’Ihorombe, alors que cette localité peut assurer potentiellement la promotion d’une croissance économique en matière d’agriculture et d’élevage. Les paysans agriculteurs ne peuvent se permettre de pratiquer leurs activités en toute quiétude à cause du climat d’insécurité perpétré par les brigands. Même si la volonté de produire et de vivre de l’agriculture est présente, les agriculteurs ne peuvent en faire autrement. Les bandits ne se contentent plus de voler les zébus, ils vont jusqu’à tuer les paysans.

Pour la Région d’Ihorombe la promotion de la production agricole, notamment par le marketing de l’élevage bovin, peut constituer un levier économique non négligeable. En effet, la possession de zébu est d’une grande aide pour un paysan-producteur. A ce titre, il est utilisé dans l’accomplissement des différentes tâches agricoles (laboureur de champs…). Plus le nombre de têtes est élevé, plus le rendement est important. Ce qui conduit à augmenter les ressources des paysans.

Même si  certaines communes demeurent enclavées et ont du mal à acheminer leurs produits vers les autres régions et grandes villes avoisinantes, la population locale enregistre toutefois une production de riz assez satisfaisante. La commune d’Ambohikely en est la parfaite illustration. Comme l’économie de l’Ihorombe repose essentiellement sur le monde rural avec comme activités dominantes la riziculture, les cultures vivrières, les cultures industrielles, l’élevage des zébus, il faut tenir compte des aléas de la nature et du marché et également l’absence de moyens logistiques et d’infrastructure qui entraîne la baisse des prix des produits.

 Pour remédier aux problèmes, des programmes structurés doivent d’abord être entrepris par l’Etat : une bonne structure pour améliorer la production qui sera accompagnée d’une politique de sécurisation, faisant ainsi référence à la chasse au « dahalo ». Pour couronner le tout, une mise en place d’infrastructures de production et de transformation devrait être envisagée pour éviter le désenclavement physique et socio culturel des zones à forte potentialité.

 






 
 

 

Des dahalos armés tuent une douzaine de militaires

Les combats entre les forces de l’ordre et les dahalo reprennent de plus belle. La population de Befotaka à Iambohazo ont assisté à de véritables scènes de guerre. Une centaine de bandits armés ont attaqué une cinquant...
by Madahoax
1

 
 

Le chef du Service Anti Gang attaqué à son domicile

Lorsque le chat n’est pas là, les souris dansent. A Madagascar, on peut dire que lorsque les forces de l’ordre ne font plus peur, les bandits se permettent de faire tout ce qu’ils veulent. A Androhibe, des bandits ont pr...
by Madahoax
0

 

 

La police tire sur un opérateur économique et vole son argent

EGBien triste sort pour ce quadragénaire dénommé Gervais Rafilimanantsoa Solondraibe Rakotonirina : son corps a été retrouvé très tôt le matin dans une ruelle à Ankasina 67h. Criblé de balles, il a été tué par les...
by Madahoax
0

 
 

Un hold-up en plein jour.

Les actes de banditisme prennent de plus en plus d’ampleur. Les malfrats n’ont plus froid aux yeux et vont jusqu’à s’en prendre en plein jour à un bureau de change situé à Ambodifilao. 4 individus aux visages décou...
by Madahoax
0

 

 

Les habitants d'Andraisoro terrorisés

La recrudescence des actes de banditisme ne cesse de faire des remous aussi bien dans la capitale que dans les zones rurales de la grande île. Dernièrement, douze bandits armés ont attaqué trois foyers aux abords d’An...
by Madahoax
0

 



0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *