Actualité

30 décembre 2011

Il ya encore beaucoup à faire pour protéger les enfants

More articles by »
Written by: Madahoax
enfant malagasy

Un travail accompli par un enfant peut être qualifié d’exploitation : lorsque l’activité interfère avec sa scolarité, lorsque le travail le prive de sa dignité et de sa propre estime, lorsqu’il n’est pas payé équitablement pour le travail fait, lorsque le travail provoque un stress physique et émotionnel, lorsque l’activité met en danger sa santé et son développement physique et lorsque le travail ne lui laisse pas le temps de se reposer et de jouer. Dans le cadre de la protection des enfants, un atelier a été organisé par le Bureau International du Travail (BIT) à Nosy Be.

Les objectifs principaux de l’organisme est d’améliorer le cadre juridique malgache, renforcer les capacités des institutions nationales, mettre en place des actions pour combattre le travail des enfants, sensibiliser la population contre le travail des enfants et aider à la mise en place de bonnes pratiques. Le BIT prévoit l’amélioration du cadre juridique et institutionnel dans la lutte contre l’exploitation sexuelle et commerciale des enfants avec l’appui du ministère du Travail, des ONG et de la population. En effet, l’exploitation sexuelle tolérée dans certains lieux touristiques comme Nosy Be, a dégradé l’image de Madagascar.

La prostitution est une opportunité d’argent facile, il est primordial de donner aux jeunes d’autres moyens et alternatives pour s’en sortir. Le responsable de la BIT renchérit qu’il ne faut pas oublier de sensibiliser les parents, car de plus en plus souvent, ce sont ces derniers qui poussent leurs progénitures à s’adonner à la prostitution dans les sites touristiques. La misère pousse les gens à faire tout pour gagner de l’argent.

Au cours d’une étude menée par l’UNICEF au port de Tamatave et sur l’île de Nosy Be, 30 à 50% des travailleurs du sexe interrogés avaient moins de 18 ans. Du fait de la corruption, l’application de la loi se fait de façon laxiste et parfois les poursuites sont abandonnées suites aux pressions des parents eux même, car ceux-ci gagnent beaucoup d’argent de cette situation. Malgré les pancartes avertissant les touristes « Non au tourisme sexuel », il ya encore beaucoup à faire à Madagascar.






 
 

 
drapeau malagasy

Edito : Gouverner un pays une tache pas si facile

Les générations et les années se succèdent, les présidents et les gouvernements aussi. Certains arrivent au pouvoir par la voie des urnes de manière plus ou moins transparente, et d’autres s’octroient le pouvo...
by Madahoax
0

 
 
29MARS

Edito : Le 29 Mars 1947 dites-vous ?

Ces derniers temps, quand on tape le mot Madagascar sur un moteur de recherche, on ne manque pas de tomber sur les articles de presse concernant un couple de français tués à Madagascar, avec les circonstances relatées et le...
by R Jocelyn
1

 

 
Onitiana Realy

Edito : Andry Rajoelina en campagne ?

Andry Rajoelina était le dernier invité du zoma, l’émission de Onitiana Realy sur TVplus avant la trêve pascale. Le talkshow le plus suivi par les malagasy que ça soit en direct ou sur le net. L’edito de cette ...
by Madahoax
2

 
 
Après le passage du cyclone Giovanna

Edito : L'homme et sa communauté

Il est souvent admis que l’individu ne peut s’épanouir sans sa communauté, et inversement. Cette dualité entre l’individualisme et le communautarisme est souvent mis en exergue et généralement elle est la...
by Madahoax
0

 




0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *