Actualité

6 janvier 2012

IL ne faut négliger la filière sucrière

More articles by »
Written by: Julia
sucre

La filière sucrière à Madagascar bénéficie d’un environnement favorable : le climat et les sols de Madagascar permettent la culture de la canne à sucre à grande échelle sur les sites existants et sur d’autres sites potentiels. Le secteur peut compter sur une main d’œuvre active et de plus en plus compétente. Les coûts de production permettent une viabilité du secteur. La production d’électricité, d’alcool et bioéthanol sont des opportunités supplémentaires pour développer la culture de la canne à sucre.

Actuellement, la production des sucreries de Madagascar ne couvre que 10% du marché local. La filière sucrière incluant la production agricole, la production industrielle et la distribution, représente 0,6% du PIB national soit environ 19 millions d’euros. La faiblesse de la production résulte de la dégradation des infrastructures agricoles, les axes routiers sont inexistants et les différentes usines de production de la SIRAMA n’ont pas été entretenues et aucuns investissements pour moderniser ces infrastructures n’ont été faits. La production ne permet pas de satisfaire la demande du marché national et encore moins international.

Madagascar consomme environ 100 000 tonnes par an. Or le prix du sucre ne cesse d’augmenter : le prix est passé de 430 USD/tonne à 830 USD/tonne en l’espace de trois mois. Aussi, la filière de la canne à sucre est relancée. Madagascar a élaboré une stratégie pluriannuelle visant à renforcer la compétitivité du secteur.

Les industries sucrières sont restructurées et les infrastructures ont été restaurées. Les exploitations agricoles familiales bénéficient de formation et d’un soutien technique donnés par le CMCS (Centre Malgache de la Canne et du Sucre). Ces exploitations produiront la canne à sucre à livrer aux industries. La canne à sucre concerne plus de 360 000 exploitations sur une surface de 67 000 Ha. Les industries se concentreront sur la production de sucre, d’alcool, de biocarburant et ne se préoccuperont que de la gestion de leurs effluents et la modernisation de leurs machines de production.






 
 

 
drapeau malagasy

Edito : Gouverner un pays une tache pas si facile

Les générations et les années se succèdent, les présidents et les gouvernements aussi. Certains arrivent au pouvoir par la voie des urnes de manière plus ou moins transparente, et d’autres s’octroient le pouvo...
by Madahoax
0

 
 
29MARS

Edito : Le 29 Mars 1947 dites-vous ?

Ces derniers temps, quand on tape le mot Madagascar sur un moteur de recherche, on ne manque pas de tomber sur les articles de presse concernant un couple de français tués à Madagascar, avec les circonstances relatées et le...
by R Jocelyn
1

 

 
Onitiana Realy

Edito : Andry Rajoelina en campagne ?

Andry Rajoelina était le dernier invité du zoma, l’émission de Onitiana Realy sur TVplus avant la trêve pascale. Le talkshow le plus suivi par les malagasy que ça soit en direct ou sur le net. L’edito de cette ...
by Madahoax
2

 
 
Après le passage du cyclone Giovanna

Edito : L'homme et sa communauté

Il est souvent admis que l’individu ne peut s’épanouir sans sa communauté, et inversement. Cette dualité entre l’individualisme et le communautarisme est souvent mis en exergue et généralement elle est la...
by Madahoax
0

 




0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *