Actualité

3 juillet 2012

Etudier à l’étranger, attention aux bourses données par l’Etat Malgache

More articles by »
Written by: Madahoax
Étiquettes : ,
bourses etudes

Etudier à l’étranger reste le rêve de tous les jeunes malgaches : fuir ce pays où les perspectives d’avenir restent sombrent et floues et se donner le droit de rêver à une vie meilleure grâce à un diplôme obtenu et reconnu sur le marché du travail international. Cela peut sembler puérile aux yeux d’un observateur étranger vu le nombre d’établissements supérieurs de bon niveau disponibles au pays. Pourtant, lorsque l’on s’inscrit à l’Université, personne ne sait si on finira l’année en cours à cause des mouvements de grèves des étudiants ou du corps des enseignants ou de tout le monde en même temps. Le contenu des cours n’ont pas évolué depuis l’indépendance et le niveau de l’étudiant baisse constamment.

Les offres de bourses ne dépassent pas la centaine alors qu’il y a plusieurs milliers de postulants. On parle ici des bourses offertes par la France, les Etats-Unis, le Japon, l’Allemagne, l’Inde, Singapour etc… où les critères d’attribution se font selon les notes et l’ambition des élèves. Les plus brillants qui auront décroché une bourse seront sûrs d’êtres choyés et accompagnés jusqu’à l’obtention du précieux diplôme. Pour les familles qui n’ont pas les moyens d’envoyer leurs enfants à l’étranger et qui n’ont pas pu obtenir de bourse étrangère, il reste les bourses offertes par le gouvernement malgache. Si un fils de député au niveau passable aura plus de chance d’obtenir une bourse qu’un bachelier ayant obtenu une mention, la question qui se pose est celle-ci : est ce que l’étudiant recevra sa bourse de façon régulière une fois à l’étranger ?

Selon Campus France, le nombre de boursiers de l’Etat Malagasy en France est de 450. Or depuis que l’Etat malgache manque de crédit, la majorité de ces étudiants n’ont pas été payés depuis 10 mois. Comment étudier sereinement et vivre décemment si l’étudiant ne reçoit pas sa bourse ? Contraints de travailler, pour beaucoup illégalement, les études passent au second rang des priorités pour ne plus en être du tout. En espérant fuir la pauvreté, l’étudiant fini par sombrer dans la précarité. Pourtant les malgaches sont touchés par cette situation restent unanimes : c’est toujours mieux que de rester sans le sous au pays. Pour le moment, le gouvernement est en train de chercher des solutions pérennes pour payer les bourses de ses étudiants, qu’ils soient à l’étranger ou au pays.






 
 

 
drapeau malagasy

Edito : Gouverner un pays une tache pas si facile

Les générations et les années se succèdent, les présidents et les gouvernements aussi. Certains arrivent au pouvoir par la voie des urnes de manière plus ou moins transparente, et d’autres s’octroient le pouvo...
by Madahoax
0

 
 
29MARS

Edito : Le 29 Mars 1947 dites-vous ?

Ces derniers temps, quand on tape le mot Madagascar sur un moteur de recherche, on ne manque pas de tomber sur les articles de presse concernant un couple de français tués à Madagascar, avec les circonstances relatées et le...
by R Jocelyn
1

 

 
Onitiana Realy

Edito : Andry Rajoelina en campagne ?

Andry Rajoelina était le dernier invité du zoma, l’émission de Onitiana Realy sur TVplus avant la trêve pascale. Le talkshow le plus suivi par les malagasy que ça soit en direct ou sur le net. L’edito de cette ...
by Madahoax
2

 
 
Après le passage du cyclone Giovanna

Edito : L'homme et sa communauté

Il est souvent admis que l’individu ne peut s’épanouir sans sa communauté, et inversement. Cette dualité entre l’individualisme et le communautarisme est souvent mis en exergue et généralement elle est la...
by Madahoax
0

 




0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *