Actualité

25 juillet 2012

Est ce que des élections suffiront pour que les forces de l’ordre rentrent dans leurs rangs?

More articles by »
Written by: Madahoax
Étiquettes : , ,
GIR

Suite au meurtre d’un opérateur économique délesté d’une somme de 60 millions d’Ariary, 5 éléments du groupe d’intervention rapide (GIR) ont été enquêté. La famille de la victime dénonce un meurtre motivé par l’appât du gain, mais les éléments des forces de l’ordre ont proclamé haut et fort qu’il s’agissait d’une bavure policière. Les éléments du GIR ont cru que l’opérateur économique était un malfaiteur et ont ouvert le feu. Ils n’ont pas pu expliquer la disparition de l’argent transporté par la victime. Nullement inquiétés jusque là, la famille de la victime a alors porté plainte et le Parquet a ouvert une enquête. C’est là que les évènements ont pris une nouvelle tournure.

Les 5 éléments du GIR ont été mis en détention préventive avant d’être présentés devant le juge d’instruction au Tribunal. Furieux, tous les membres du GIR sont venus assister à la séance. Ils étaient tous en tenue de combat. Le juge leur a demandé de changer de tenue et de venir en civil. La tension était déjà palpable au sein des éléments des forces de l’ordre. Le juge a ensuite donné son verdict : mandat de dépôt à la prison de Tsiafahy pour les cinq prévenus. Ce jugement a créé le tollé général au sein des éléments du GIR venus assister au procès. Dégainant leurs armes, ces derniers sont entrés dans le tribunal pour libérer leurs collègues. Ils se sont engouffrés dans des véhicules tout terrain pour disparaître.

Cet évènement ressemble étrangement à ce qui s’est passé à Tuléar. Des policiers se sont insurgés contre un magistrat suite à l’incarcération de l’un des leurs. Maltraité par les policiers, le magistrat a perdu la vie. Cet épisode funeste a été à l’origine du bras de fer entre les magistrats et les éléments de la police. Après la mutinerie dans le premier régiment du RFI et maintenant le coup de force du Groupe d’intervention rapide au tribunal, il est clair que les forces de l’ordre n’obéissent plus à leur hiérarchie et respectent encore moins la loi. Est ce qu’un accord entre Rajoelina et Ravalomanana et des élections transparentes suffiront pour que tout revienne dans l’ordre ?






 
 

 
Bila Tarabey signant son livre

Bilal Tarabey, Madagascar, dahalo

Enquête sur les bandits du Grand Sud. Voilà un petit livre qui est en réalité une petite fusée éclairante dans la littérature de l’Océan Indien. Sous-titré « récit » et signé par un jeune journaliste français d...
by Dominique Ranaivoson
1

 
 
militaires et etudiants

Etudiants et dahalo, tous dans le même panier pour les forces de l’ordre

Des forces de l’ordre lourdement équipées, déployées en plusieurs unités, toutes en position de combat et prêtes à lancer l’offensive, c’est une image qui revient et qui ne choque plus les malgaches. S’agit il d...
by Madahoax
0

 

 
cenit

Le premier tour des élections présidentielles pour le 8 mai 2013

La crise prendra fin dans neuf mois. Le CENITa publié de manière très officielle le calendrier électoral conformément à l’esprit de la feuille de route. Le premier tour des élections présidentielles se tiendra le 8 ma...
by Madahoax
0

 
 
moto

Où sont vos casques?

Une scène qui ne choque pas ou du moins qui ne choque plus : au milieu des embouteillages, entre camions, 4×4, taxis, taxis be et charrettes, des scooters et des motos se faufilent et profitent du moindre centimètre car...
by Madahoax
0

 

 
enam

Le ministre de la Population veut imposer l’inscription de « ses » candidats à l’ENAM

Pour beaucoup, l’ENAM (Ecole Nationale d’Administration de Madagascar) représente la voie royale pour accéder aux plus hauts emplois de l’Etat. Créé en 1960, l’école publique était rattachée à l’Université de...
by Madahoax
0

 



One Comment


  1. tahina

    NOn coupable reo !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *