Edito

12 juin 2012

Edito : L’argent nous tuera tous

More articles by »
Written by: Madahoax
Étiquettes : , ,
banque

Nous avons toujours eu un rapport complexe avec l’argent. Si on dit souvent que l’argent ne fait pas le bonheur, il n’empêche que tout le monde court après. Il semblerait que l’on ne cherche pas le bonheur dans cette vie. On veut toujours plus de tout mais surtout toujours plus d’argent. La société de nos jours, n’a plus de vision ni d’ambition si ce n’est l’argent. Le pouvoir grandissant de l’argent n’est plus à démontrer. Aujourd’hui la question que l’on doit se poser ce n’est pas comment peut on gagner de l’argent mais plutôt comment peut on s’en passer ?

La situation mondiale montre que le rapport à l’argent a bien changé. Les gouvernements, les entreprises, l’individu, qui que nous soyons, nous dépendons de la finance. La finance est devenu la pièce maitresse de la vie en communauté. Les pays ne peuvent plus faire de projet d’avenir sans l’aval des financiers. Si avant ce sont les dirigeants qui définissaient la stratégie,  les projets et les politiques à mettre en oeuvre, aujourd’hui c’est tout le contraire. Aucun homme politique ne peut se targuer d’être indépendant face aux finances. J’en veux pour preuve le président actuel de la France qui lors de sa campagne disait que « son adversaire était la finance », et qui très vite est revenu sur ses déclarations en utilisant la langue de bois qui caractérise si bien ces hommes politiques peu « couillu ».

Si l’on regarde de plus près la situation que traverse Madagascar actuellement, les detectives en herbe se poseraient donc cette première question : à qui profite le crime ? Car c’est bien un crime qui se déroule actuellement dans ce cher Tanindrazana avec comme mobile l’argent.
Crime sur le peuple d’abord. Car pour satisfaire l’insatiable besoin de fortune d’une poignée d’individu (c’est à eux que profite ce crime), on sacrifie la vie et l’avenir de tout un peuple. Oui, c’est bien pour enrichir une minorité invisible que l’on assiste à la privation de nos droits et que l’on terrorise le peuple en le laissant dans l’insécurité. Car un peuple terrorisé est un peuple encore plus docile et donc maniable. Pour avoir encore plus de 4×4 certains exploitent et abusent le peuple et les ressource de l’île, légalement ou pas, et toujours dans une totale impunité. Ce crime se déroule sous les yeux et au su de tous. Mais les Malagasy sont des gens dociles qui sont prêts à accepter le pire dans l’espoir  d’obtenir le meilleur.
Crime contre le « Tanindrazana malala » ensuite. Ce Tanindrazana c’est bien sur la terre où sont enterré nos ancêtrés. Cette terre que l’on abime pour permettre à cette minorité de profiter de la richesse minière de manière légale et illégale. Les exploitations se multiplient et se préparent tout azimut pendant cette période de, soit disant, transition. Transition qui est uniquement voué à gérer les affaires courantes et à organiser des élections libres et transparentes parait il. Mais en attendant on exploite, on pille, et certains de manière légale sans se préoccuper des impacts écologiques. Quand une multinationale agit de la sorte elle n’est nullement inquiétée car l’argent est là pour tout régler, ou pas d’ailleurs, mais l’argent est là, et il a le pouvoir sur tout. Malheureusement pour le petit Malagasy qui ose exploiter une zone protégée en péchant ou en cultivant, la sanction est bien plus lourde car il sera condamné et devra payer des amendes avec l’argent qu’il n’a pas. Et tout cela est normal. Comme il n’a pas les moyens, on lui prend le peu qu’il a et cela pour appliquer la loi et pour qu’au final lui faire comprendre que sans argent il n’est rien.

Mais alors quelles solutions ? Que faire pour qu’enfin le Malagasy puisse vivre dignement.

Il n’est surement pas question de donner comme objectif l’enrichissement à outrance de la population. Il n’est pas non plus question que les riches deviennent pauvres et que les pauvres deviennent riches. Ce raisonnement est d’une part puérile, mais surtout c’est irréalisable. Non, la solution fait appelle à notre bon sens et cela demande un changement de mentalité :

  • Il faut redonner sa place à l’argent. L’argent est un moyen pas un objectif. Si on accepte cela alors l’argent aura donc une valeur, et juste sa valeur, ni plus ni moins.
  • Il faut trouver un objectif autre que l’augmentation de la richesse du pays. Le pays est déjà riche, par sa culture, son peuple et son paysage. L’argent n’apportera rien de plus qu’à dévaloriser les richesses existantes. L’objectif premier devrait être le bien être de la population. Il serait d’ailleurs intéressant d’utiliser comme échelle d’évaluation d’un pays le bien être de la population, en plus du PIB. Certains économiste sensibilise les différents organismes internationaux dans ce sens. Cela montera certainement que ce ne sont pas les pays les plus riches qui seront les plus heureux.
  • Repenser le développement pour quelle soit durable. Ce développement durable est tellement utiliser à outrance que l’on ne sait même plus ce que cela veut dire. Je ne serais même pas étonné si la HAT prétend faire du développement durable. Je crois qu’on rigolera bien un moment mais les frissons de peur viendront très vite. Le développement durable n’est pas uniquement axé sur l’écologie comme certains le disent, ni uniquement sur le social. Le développement durable demande à ce que 4 secteurs se développent au même rythme : L’économie (et donc y compris la finance), le social, l’environnement et l’éducation. Le développement doit se faire sur ces 4 plans de manière identique et à tous les niveaux, que ça soit macro ou micro.

Si c’est trois points sont mis en oeuvre, on aura l’espoir d’un avenir radieux. Mais cela doit être fait aujourd’hui pour que l’on puisse en profiter demain. Sans cela nous courrons à grand pas vers notre perte. La souffrance ne serra que grandissante à cause de l’argent. Et mourir sera notre seule hate pour quitter cette souffrance, car l’argent n’a pas d’état d’âme et vouloir le posseder plus que tout autre chose nous ferra perdre notre âme. Ny fanahy no maha-olona fa tsy ny harena akory.






 
 

 
drapeau malagasy

Edito : Gouverner un pays une tache pas si facile

Les générations et les années se succèdent, les présidents et les gouvernements aussi. Certains arrivent au pouvoir par la voie des urnes de manière plus ou moins transparente, et d’autres s’octroient le pouvo...
by Madahoax
0

 
 
29MARS

Edito : Le 29 Mars 1947 dites-vous ?

Ces derniers temps, quand on tape le mot Madagascar sur un moteur de recherche, on ne manque pas de tomber sur les articles de presse concernant un couple de français tués à Madagascar, avec les circonstances relatées et le...
by R Jocelyn
1

 

 
Onitiana Realy

Edito : Andry Rajoelina en campagne ?

Andry Rajoelina était le dernier invité du zoma, l’émission de Onitiana Realy sur TVplus avant la trêve pascale. Le talkshow le plus suivi par les malagasy que ça soit en direct ou sur le net. L’edito de cette ...
by Madahoax
2

 
 
Après le passage du cyclone Giovanna

Edito : L'homme et sa communauté

Il est souvent admis que l’individu ne peut s’épanouir sans sa communauté, et inversement. Cette dualité entre l’individualisme et le communautarisme est souvent mis en exergue et généralement elle est la...
by Madahoax
0

 




2 Comments


  1. SODIFAFANA

    Misaotra anao mamelombelona ny fanahin’ny Malagasy. Faniriana : mba ataovy amin’ny teny gasy ho be mpahazo !


  2. ELMLINGER

    Cet article est un sommet de bon sens! Ah si les politiciens Malagasy pouvaient le lire et s’en inspirer comme programme électoral et pour une gouvernance idéale! Les précédents gouvernants et le Disc jockey qui sert de Président à Madagascar n’ont qu’une seule motivation s’enrichir, s’enrichir et encore s’enrichir. Le peuple Malgache est apathique il n’est pas un peuple guerrier comme les peuples arabes pour faire une révolution et destituer ses affameurs. La solution passe par l’élection à la tête du pays d’une femme ou d’un homme qui aime les Malagasys et qui leur indique la direction à suivre pour retrouver le simple bonheur de vivre simplement heureux. Ce vrai Président ou Présidente devra diriger le pays main dans la main avec le peuple en mettant en synergie toutes les grandes compétences des Malagasy au service du peuple qui ne demande qu’à vivre heureux et non pas pourris par le fric comme le sont les fantoches au pouvoir actuel. L’Europe ne doit pas donner un seul Euro au gouvernement actuel car il serait versé sur des comptes à l’étranger, par contre pour aider le peuple a sortir de la famine, je propose que l’Union Européenne envoie des moyens matérielles aux maison de paysans qui eux sont capables de rendre leur culture rentable. Le peuple Malagasy mérite de vivre en paix et heureux le seul moyen renvoyer les pourris qui vous affament et vous tuent à petit feu.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *