Actualité

10 janvier 2012

Des infrastructures adéquates et aux normes pour assurer le développement du pays

More articles by »
Written by: Julia

Selon une étude de la Banque Mondiale, les investissements dans les infrastructures d’assainissement adéquates sont cruciaux pour la santé et pour une bonne croissance économique nationale. De plus, l’institution a prouvé que ce manque d’infrastructure coûte à Madagascar 174 millions de dollars de pertes de productivité. Dans son discours d’adieu, le représentant résident de l’UNICEF a souligné l’importance de la mise en place d’infrastructures adéquates dans le domaine de la santé et de l’éducation pour le développement social et économique du pays.En 2006, le programme UNICEF Madagascar était parmi les plus petits programmes dans la région de l’Afrique de l’Est et Australe. Avec 150 millions de dollars investis en cinq ans dans le domaine de la protection des droits de l’enfant, le programme Unicef Madagascar figure désormais parmi les trois plus grands programmes de la région. Le plus important pour l’UNICEF est de ramener 900 000 enfants à l’école et l’organisation contribue au maintien du fonctionnement du système éducatif. Beaucoup d’enfants n’ont pas la chance d’aller à l’école par manque de moyens des parents et par manque d’infrastructure.

Par exemple, dans la ville de Tsaratanana (proche de Manakara), les enfants doivent parcourir une heure de route à pieds pour se rendre à l’école puisqu’il n’y en a aucune dans la ville. Les parents d’élèves se sont efforcés de construire des cases en falafa et de payer eux même les enseignants pour remédier à cette situation. L’association « Hope for Madagascar » a ainsi décidé de construire un établissement scolaire à Tsaratanana. Le financement des travaux est assuré par les membres de l’association effectuant des levées de fonds aux Etats-Unis. Le coût de l’infrastructure est de 50 millions d’ariary (18 000 euros). Le bâtiment de 16,60m sur 7,40m est prévu pour résister aux cyclones. L’association finance la construction d’école à Madagascar tous les deux ans.

La population locale a apporté sa contribution aux travaux en fournissant le sable et les rondins de bois ainsi que la main d’œuvre. L’association sollicite l’aide de l’Etat pour fournir les tables, les bancs et les bureaux et renforcer le nombre d’enseignants pour ce nouvel établissement.






 
 

 
Bila Tarabey signant son livre

Bilal Tarabey, Madagascar, dahalo

Enquête sur les bandits du Grand Sud. Voilà un petit livre qui est en réalité une petite fusée éclairante dans la littérature de l’Océan Indien. Sous-titré « récit » et signé par un jeune journaliste français d...
by Dominique Ranaivoson
1

 
 

Etudiants et dahalo, tous dans le même panier pour les forces de l’ordre

Des forces de l’ordre lourdement équipées, déployées en plusieurs unités, toutes en position de combat et prêtes à lancer l’offensive, c’est une image qui revient et qui ne choque plus les malgaches. S’agit il d...
by Madahoax
0

 

 

Le premier tour des élections présidentielles pour le 8 mai 2013

La crise prendra fin dans neuf mois. Le CENITa publié de manière très officielle le calendrier électoral conformément à l’esprit de la feuille de route. Le premier tour des élections présidentielles se tiendra le 8 ma...
by Madahoax
0

 
 

Où sont vos casques?

Une scène qui ne choque pas ou du moins qui ne choque plus : au milieu des embouteillages, entre camions, 4×4, taxis, taxis be et charrettes, des scooters et des motos se faufilent et profitent du moindre centimètre car...
by Madahoax
0

 

 

Le ministre de la Population veut imposer l’inscription de « ses » candidats à l’ENAM

Pour beaucoup, l’ENAM (Ecole Nationale d’Administration de Madagascar) représente la voie royale pour accéder aux plus hauts emplois de l’Etat. Créé en 1960, l’école publique était rattachée à l’Université de...
by Madahoax
0

 



0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *