Actualité

19 avril 2012

Des fous ! La vie quotidienne en engendre tous les jours.

More articles by »
Written by: Madahoax
Étiquettes : ,
malade mentaux

La situation est critique pour le peuple malagasy, à tel point que la crise a touché le mental. Avez-vous remarqué sur le long du « toto-baton’Ambondrona cet homme qui affiche un sourire constant aux lèvres, sans que les passants lui prêtent attention ? Ou encore cette femme qui harcèle avec un bâton les piétons de Tsaralalana ?

Délaissés par leur famille, la rue est leur seul abri. Pour les plus chanceux, ils sont transférés à l’asile psychiatrique d’Anjanamasina. Selon le docteur Lanto Ratsifandrihamanana, au moins une personne par jour est admise dans son établissement depuis la crise. N’ayant qu’une capacité d’accueil de 125 personnes, le nombre de patients qui ne cesse d’augmenter pousse l’hôpital à refuser les nouveaux venus. En général, la toxicomanie et la dépression sont les principales causes de la maladie mentale. D’après le docteur, « les hommes se droguent et deviennent dépendants du fait du chômage, de la perte d’emploi ». Quant aux femmes, « à force de réfléchir sur les difficultés de la vie quotidienne, elles deviennent anxieuses et leur santé mentale se dégrade de jour en jour », poursuit-il. Actuellement, l’hôpital soigne 65 malades.

Le médecin-chef explique que « les malades mentaux ne perdent pas tout à fait leur potentialité sociale, celles-ci sont tout simplement  mises en veilleuse ». Ainsi, pour un cas de trouble mental, le patient bénéficiera de 20 jours de traitements. Pour un toxicomane, la durée varie entre un et un mois et demi. Ensuite le traitement est prolongé en dehors de l’hôpital. Tous les mois, les sortants jouiront d’une consultation ambulatoire. Au nombre de 11 actuellement, ces personnes sont placées dans un centre à Ambohidratrimo appartenant à l’hôpital, pour continuer à faire des activités usuelles de la vie. « Le but étant de réapprendre aux malades leurs activités de base comme le ménage, le repassage, la lessive ou encore la cuisine, et cette thérapie peut s’élargir sur d’autres activités comme le sport et les divertissements », ajoute le docteur.

Dommage que ces avantages ne profitent pas à tout le monde. La seule solution serait de régler au plus vite cette question de crise avant que tout le monde ne perde la tête.

 






 
 

 
drapeau malagasy

Edito : Gouverner un pays une tache pas si facile

Les générations et les années se succèdent, les présidents et les gouvernements aussi. Certains arrivent au pouvoir par la voie des urnes de manière plus ou moins transparente, et d’autres s’octroient le pouvo...
by Madahoax
0

 
 
29MARS

Edito : Le 29 Mars 1947 dites-vous ?

Ces derniers temps, quand on tape le mot Madagascar sur un moteur de recherche, on ne manque pas de tomber sur les articles de presse concernant un couple de français tués à Madagascar, avec les circonstances relatées et le...
by R Jocelyn
1

 

 
Onitiana Realy

Edito : Andry Rajoelina en campagne ?

Andry Rajoelina était le dernier invité du zoma, l’émission de Onitiana Realy sur TVplus avant la trêve pascale. Le talkshow le plus suivi par les malagasy que ça soit en direct ou sur le net. L’edito de cette ...
by Madahoax
2

 
 
Après le passage du cyclone Giovanna

Edito : L'homme et sa communauté

Il est souvent admis que l’individu ne peut s’épanouir sans sa communauté, et inversement. Cette dualité entre l’individualisme et le communautarisme est souvent mis en exergue et généralement elle est la...
by Madahoax
0

 




0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *