Actualité

20 mars 2012

Chômage! Ou dira-t-on sous-emploi massif à Madagascar

More articles by »
Written by: Madahoax

Le travail est  la première préoccupation de la majorité des Malgaches. Les jeunes diplômés ainsi que ceux qui ont perdu leur emploi suite à la fermeture des entreprises franches (AGOA) sont les principales victimes du chômage.

D’après les rapports publiés par l’Instat, le taux de chômage officiel à Madagascar s’affiche à 3.8% actuellement. Un chiffre qui semble moins alertant puisque les statistiques n’ont pas tenu compte des sous-emplois.  En effet, si l’Observatoire malgache de l’emploi et de la formation professionnelle (OMEF) a enregistré il y a trois ans une centaine d’offres d’emploi par mois, celles –ci ne comptent plus qu’une trentaine par mois. L’offre n’arrive plus dans ce cas à satisfaire la demande, ce qui a conduit à la création des métiers informels voire inadéquats aux formations suivies par la personne. Obligée de subvenir à ses besoins, la population active est contrainte d’accepter les conditions posées par ces métiers informels. Salaire dérisoire, haute pression au niveau de la production, heures supplémentaires non payées. Des choses auxquelles on doit faire face pour survivre en cette période de crise. L’Instat a relevé que 25% de la population active souffrent de sous-emploi et 42% ont un emploi en inadéquation avec sa formation de base. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. La plupart des postulent pour des postes pour lesquels ils sont surqualifiés. Ainsi, dans les agences de recrutement  les postes de serveur, agent de service, réceptionniste, femme de chambre ou encore agent de sécurité sont les plus demandés. En agissant ainsi, les postulants pensent qu’ils auront plus de chances pour décrocher un job.

Selon le BIT (Bureau International du travail), la Grande île attire de moins en moins les investisseurs, ce qui a conduit au ralentissement de l’économie de l’emploi. L’écart entre l’offre et le demande se creuse de plus en plus. Un programme intérimaire pour le travail des jeunes à Madagascar est prévu par l’administration et le BIT, en vue de résorber un tant soit peu le chômage des jeunes.






 
 

 
Bila Tarabey signant son livre

Bilal Tarabey, Madagascar, dahalo

Enquête sur les bandits du Grand Sud. Voilà un petit livre qui est en réalité une petite fusée éclairante dans la littérature de l’Océan Indien. Sous-titré « récit » et signé par un jeune journaliste français d...
by Dominique Ranaivoson
1

 
 
La différence

Sur la route de Fianarantsoa

Fianarantsoa est l’une des grandes villes sur la route vers le sud de Madagascar. Elle se trouve dans la région Betsileo avec une population tout aussi accueillant et souriant. Voici quelques images pour vous donner envi...
by Madahoax
0

 

 

Morengy la boxe malagasy

Vous connaissez certainement la boxe anglaise, française ou thaïlandaise. Mais connaissez vous la boxe Malagasy, le Morengy ? Il est vrai que ce sport n’est pas très répandu dans l’ile et pour cause, il resemb...
by Madahoax
1

 
 

Emission de la Radio RDJ

La radio RDJ, innove en mettant en ligne ses émissions cultes. Il est possible de les écouter en différé. La cible de la radio sont les jeunes mais ses émissions sont vraiment tout public. On y retrouve de l’humour, ...
by Madahoax
1

 

 

Etudiants et dahalo, tous dans le même panier pour les forces de l’ordre

Des forces de l’ordre lourdement équipées, déployées en plusieurs unités, toutes en position de combat et prêtes à lancer l’offensive, c’est une image qui revient et qui ne choque plus les malgaches. S’agit il d...
by Madahoax
0

 



0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *