Actualité

3 avril 2012

Abandon des jumeaux, une coutume dépassée!

More articles by »
Written by: Madahoax
Étiquettes : ,
jumeaux

La ville de Mananjary située dans la partie Est de la Grande île est tristement célèbre pour l’abandon des jumeaux dès leur naissance. Le comble c’est que le taux de gémellité y est le plus élevé par rapport au reste du pays. Cette situation est devenue le véritable cheval de bataille des organismes luttant pour le droit des enfants et les droits de l’homme.

La ville de Mananjary située dans la partie Est de la Grande île est tristement célèbre pour l’abandon des jumeaux dès leur naissance. Le comble c’est que le taux de gémellité y est le plus élevé par rapport au reste du pays. Cette situation est devenue le véritable cheval de bataille des organismes luttant pour le droit des enfants et les droits de l’homme.

Selon les recherches effectuées par l’Unicef, il existe trois versions qui sont à l’origine du tabou. Tout d’abord, selon les mythes anciens, une épouse royale aurait interdit à ses descendants d’élever des jumeaux au risque de les voir se transformer en vauriens. La seconde version parle d’une  malédiction touchant les parents, notamment les mères porteuses qui, souvent, meurent au moment de l’accouchement ou après. Ainsi, un ancêtre aurait imposé à  ses descendants que ceux-ci n’élèvent jamais de jumeaux.  Enfin, la dernière version met en relation la pauvreté et la difficulté pour nourrir des jumeaux.

Depuis plusieurs années, des efforts ont été déployés par les organismes humanitaires pour convaincre la population de ne pas abandonner leurs jumeaux. Un centre d’accueil et de transit de jumeaux (Catja) à Mananjary fut créé pour accueillir les jumeaux délaissés. Récemment, le centre a enregistré quatre cas d’abandons et a accueilli les enfants. Actuellement, on y compte 78 enfants encadrés par 19 employés.

Poursuivant le même objectif, le Pnud et l’Unicef ont noué un partenariat avec les ministères de la justice et de la population ainsi qu’avec le réseau national de protection des droits des enfants. L’objectif du partenariat est d’organiser un atelier ayant pour mission la sensibilisation et la  mobilisation de la population sur la problématique de l’abandon d’enfants jumeaux de Mananjary, puis de soutenir les efforts déjà déployés par la population locale.

Le plan d’action implique l’accompagnement socio-économique des parents biologique marginalisés, notamment les mères. Le Pnud envisage de lancer en priorité un projet permettant de rendre les  mères biologiques de jumeaux qui ont pris le risque de garder leurs enfants ; autonomes économiquement parlant. En effet, d’après des témoignages, celles-ci sont dans l’obligation de déménager loin de leur village afin de garder leurs jumeaux, renonçant ainsi à l’accès au « tragnobe », la maison familiale sacrée.

Selon les recherches effectuées par l’Unicef, il existe trois versions qui sont à l’origine du tabou. Tout d’abord, selon les mythes anciens, une épouse royale aurait interdit à ses descendants d’élever des jumeaux au risque de les voir se transformer en vauriens. La seconde version parle d’une  malédiction touchant les parents, notamment les mères porteuses qui, souvent, meurent au moment de l’accouchement ou après. Ainsi, un ancêtre aurait imposé à  ses descendants que ceux-ci n’élèvent jamais de jumeaux.  Enfin, la dernière version met en relation la pauvreté et la difficulté pour nourrir des jumeaux.

Depuis plusieurs années, des efforts ont été déployés par les organismes humanitaires pour convaincre la population de ne pas abandonner leurs jumeaux. Un centre d’accueil et de transit de jumeaux (Catja) à Mananjary fut créé pour accueillir les jumeaux délaissés. Récemment, le centre a enregistré quatre cas d’abandons et a accueilli les enfants. Actuellement, on y compte 78 enfants encadrés par 19 employés.

Poursuivant le même objectif, le Pnud et l’Unicef ont noué un partenariat avec les ministères de la justice et de la population ainsi qu’avec le réseau national de protection des droits des enfants. L’objectif du partenariat est d’organiser un atelier ayant pour mission la sensibilisation et la  mobilisation de la population sur la problématique de l’abandon d’enfants jumeaux de Mananjary, puis de soutenir les efforts déjà déployés par la population locale.

Le plan d’action implique l’accompagnement socio-économique des parents biologique marginalisés, notamment les mères. Le Pnud envisage de lancer en priorité un projet permettant de rendre les  mères biologiques de jumeaux qui ont pris le risque de garder leurs enfants ; autonomes économiquement parlant. En effet, d’après des témoignages, celles-ci sont dans l’obligation de déménager loin de leur village afin de garder leurs jumeaux, renonçant ainsi à l’accès au « tragnobe », la maison familiale sacrée.






 
 

 
drapeau malagasy

Edito : Gouverner un pays une tache pas si facile

Les générations et les années se succèdent, les présidents et les gouvernements aussi. Certains arrivent au pouvoir par la voie des urnes de manière plus ou moins transparente, et d’autres s’octroient le pouvo...
by Madahoax
0

 
 
29MARS

Edito : Le 29 Mars 1947 dites-vous ?

Ces derniers temps, quand on tape le mot Madagascar sur un moteur de recherche, on ne manque pas de tomber sur les articles de presse concernant un couple de français tués à Madagascar, avec les circonstances relatées et le...
by R Jocelyn
1

 

 
Onitiana Realy

Edito : Andry Rajoelina en campagne ?

Andry Rajoelina était le dernier invité du zoma, l’émission de Onitiana Realy sur TVplus avant la trêve pascale. Le talkshow le plus suivi par les malagasy que ça soit en direct ou sur le net. L’edito de cette ...
by Madahoax
2

 
 
Après le passage du cyclone Giovanna

Edito : L'homme et sa communauté

Il est souvent admis que l’individu ne peut s’épanouir sans sa communauté, et inversement. Cette dualité entre l’individualisme et le communautarisme est souvent mis en exergue et généralement elle est la...
by Madahoax
0

 




0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *