Actualité

13 décembre 2011

A qui faut-il faire confiance : aux forces de l’ordre ou à la justice ?

More articles by »
Written by: HR

C’est chaud ! C’est ainsi que l’on évoque les tensions entre les magistrats  et les policiers. Evidemment même si l’atmosphère s’est détendue, les magistrats exigent que la loi soit appliquée à l’encontre des policiers rebelles. Tous les taxis brousse quittant Tuléar sont fouillés scrupuleusement. Les meurtriers du magistrat sont traqués. Des éléments de la police d’Antananarivo ont été dépêchés sur les lieux pour assurer la sécurité des habitants de Tuléar. La situation est encore tendue car le policier emprisonné, source du conflit, a failli être empoisonné sans la vigilance des gardes pénitenciers. Une élimination physique de ce dernier pourrait conduire à une véritable émeute. Pour raisons de sécurité, il a été mis à l’écart des autres prisonniers.

Ces incidents reflètent le malaise qui existe entre la police et les magistrats. Parfois des éléments des forces de l’ordre risquent leurs vies pour arrêter un bandit alors que ce dernier est ensuite libéré après avoir comparu devant les tribunaux. L’efficacité du  système judiciaire est pointée du doigt. Les auteurs de petits larcins sont systématiquement mis en détention préventive alors que des individus, soupçonnés d’avoir commis des délits beaucoup plus graves, bénéficient d’une liberté provisoire. Les magistrats répondent à ces griefs en justifiant les procédures complexes du système judiciaire, et n’importe quel vice de forme dans les investigations peut entraîner la relaxe pure et simple de l’accusé. En fait la police et les magistrats doivent travailler ensemble et se faire mutuellement confiance.

Pourtant les derniers rapports du Transparency International et en parallèle celui du BIANCO révèlent que la police et la justice sont les secteurs les plus corrompus à Madagascar. On comprend mieux pourquoi un malaise s’est créé entre magistrats et forces de l’ordre. Les hautes sphères de l’Etat sont très prudentes concernant ce dossier. La police a accepté les revendications du syndicat des magistrats mais refuse la démission du ministre de la sécurité intérieure. Le moindre faux pas d’un côté comme de l’autre et c’est le citoyen qui n’aura plus confiance ni à la justice, ni aux forces de l’ordre.

 






 
 

 
Bila Tarabey signant son livre

Bilal Tarabey, Madagascar, dahalo

Enquête sur les bandits du Grand Sud. Voilà un petit livre qui est en réalité une petite fusée éclairante dans la littérature de l’Océan Indien. Sous-titré « récit » et signé par un jeune journaliste français d...
by Dominique Ranaivoson
1

 
 
La différence

Sur la route de Fianarantsoa

Fianarantsoa est l’une des grandes villes sur la route vers le sud de Madagascar. Elle se trouve dans la région Betsileo avec une population tout aussi accueillant et souriant. Voici quelques images pour vous donner envi...
by Madahoax
0

 

 

Morengy la boxe malagasy

Vous connaissez certainement la boxe anglaise, française ou thaïlandaise. Mais connaissez vous la boxe Malagasy, le Morengy ? Il est vrai que ce sport n’est pas très répandu dans l’ile et pour cause, il resemb...
by Madahoax
1

 
 

Emission de la Radio RDJ

La radio RDJ, innove en mettant en ligne ses émissions cultes. Il est possible de les écouter en différé. La cible de la radio sont les jeunes mais ses émissions sont vraiment tout public. On y retrouve de l’humour, ...
by Madahoax
1

 

 

Etudiants et dahalo, tous dans le même panier pour les forces de l’ordre

Des forces de l’ordre lourdement équipées, déployées en plusieurs unités, toutes en position de combat et prêtes à lancer l’offensive, c’est une image qui revient et qui ne choque plus les malgaches. S’agit il d...
by Madahoax
0

 



0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *